Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 06:52

A la place des Martyrs, le dernier combat des patriotes

gardes communaux algerie

Les patriotes se sont installés depuis dimanche à la place des Martyrs, où ils ont dressé des tentes.

Sous un soleil de plomb, ils attendent la réponse que doit leur transmettre le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, à qui ils ont remis une plateforme en huit points. Une attente qui met à rude épreuve les nerfs de la centaine d’entre eux présents sur place. Pour Tarek, porte-parole du mouvement, «il n’est pas question de quitter les lieux sans avoir obtenu satisfaction. S’il faut mourir sur place, on est prêts à le faire. On s’est battus pour ce pays contre le terrorisme et aujourd’hui la République nous rejette comme des malpropres». Sans contrat, sans couverture sociale et payés 11 000 DA jusqu’en 2003, ils ont réclamé des contrats, en vain. Depuis 2010, l’Etat a consenti à leur proposer des CDD (contrats à durée déterminée) d’une année renouvelable pour un salaire de 20 400 DA. Mais cette offre s’est accompagnée d’une purge dans les effectifs.

«Pendant des années, on nous a assurés que nous avions le droit au remboursement de nos soins en cas de problèmes de santé. Mais ils nous ont menti. Quand on a demandé des contrats, ils ont décidé de nous désarmer et de nous mettre à la porte.» Pour les patriotes qui ont pris les armes pour venir en aide à l’Etat algérien dès 1995, pendant la décennie rouge, l’incompréhension et le ressentiment envers les responsables du pays sont profonds. «On ne demande pas l’aumône. On demande juste de la considération. Nos revendications ne sont pas uniquement d’ordre financier, elles comportent aussi une forme de reconnaissance pour les sacrifices que nous avons consentis», souligne un patriote, avant d’ajouter : «Comme les moudjahiddine, nous voulons que des attestations nous soient remises car nous ne sommes pas des mercenaires.»

Abandonnés par tous et ignorés par le pouvoir politique qui a décidé de faire une croix sur des effectifs devenus beaucoup plus encombrants qu’utiles. «On a reçu la visite de personnes alors que des chefs de zone avec lesquels nous avons combattu, devenus puissants et riches, n’ont même pas daigné venir nous soutenir. On est peut-être seuls, mais on ne lâchera rien. Ecrivez dans votre journal que les patriotes ne sont pas des terroristes», défend Tarek.

Ils ont appelé à un sit-in… La Coordination nationale des patriotes a appelé à un sit-in le 11 avril devant le siège du Conseil de la nation.

Ils sont dans tout le pays…Environ 80 000.

Ils se souviennent… Des déclarations de l’ex-ministre de l’Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni, avait assuré que «les patriotes ne seront pas oubliés par l’Etat», en avril 2006.

Ils veulent

-Un statut particulier, à l’exemple du statut des moudjahidine et fils de chouhada.

-La prise en charge des familles des patriotes victimes du terrorisme et des invalides atteints lors des opérations de ratissage.

-La révision à la hausse de la pension pour blessures, qui est de 3500 DA, à 10 000 DA pour ceux dont l’incapacité a été établie à 100%.

Source El Watan Salim Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires