Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 05:28

Algérie - Diabète et ramadhan - L’éternel débat

diabete dosage sucre

Les principes de jeûne chez les diabétiques continuent de susciter des débats, comme c’est le cas de la journée organisée à la Chiffa.

A l’approche du mois sacré du Ramadhan, mois de piété, de jeûne et de tous les excès alimentaires, le Dr Djaouida Chaban-Sari, médecin installée à La Chiffa (Blida), a organisé, en collaboration avec des médecins de l’EPS Mouzaïa, des imams, des laboratoires pharmaceutiques, de l’APC de La Chiffa et sous le haut patronage de la DSP de Blida, une journée de sensibilisation sur les principes de jeûne chez les diabétiques. Intervenant la première, l’organisatrice de cette importante manifestation, qui s’est déroulée dans la salle de la maison de jeunes de La Chiffa, rappellera que les diabétiques de type 1, insulinodépendants, les femmes enceintes souffrant de cette maladie et les personnes très âgées, entre autres, sont exempts du jeûne. Quant aux diabétiques de type 2, elle leur recommande, du fait des 16 heures de jeûne, de contrôler leur glycémie durant la journée et même le soir.

«Ces malades ont tendance à faire des hypo ou des hyperglycémies d’où un suivi rigoureux», dira-t-elle, et de poursuivre : «A 0,6 g/l, ils sont obligés de prendre leur collation au risque d’altérer leur santé.» Nazim Bencheikh, médecin, présent lors de la rencontre, conseille les diabétiques qui feront le jeûne, de faire dès à présent des tentatives avant le Ramadhan pour s’entraîner à mieux gérer le mois de carême. Les deux imams ont mis l’accent sur l’obligation faite aux patients diabétiques de ne pas jeûner lorsque leur santé est en danger. Ils ont argumenté leurs directives par des versets du Coran.
En outre, ils ont insisté sur la nécessité du diabétique à se conformer aux conseils de leur médecin traitant, seul habilité à permettre ou non à son patient  de jeûner. Le clou de cette rencontre a été l’intervention tant attendue par les présents du diététicien Karim Messous.

L’orateur préconisera aux diabétiques de rompre le jeûne avec un verre d’eau au lieu de dattes. Il conseillera aussi de commencer par une salade, de la laitue de préférence, car contenant des fibres qui ralentissent l’absorption du sucre. Une chorba «frik», et non de vermicelle, sans pain avec des boureks cuits au four constitueront le repas type du diabétique jeûneur. «Les boissons gazeuses et les jus de fruits sont formellement interdits», prévient-il, et d’ajouter : «Par contre, un fruit consommé avec modération est  toujours bon !».
Au s’hour, M. Messous suggère un plat de couscous avec du lait et enfin de l’eau. A noter qu’une centaine de glucomètres seront distribués aux diabétiques munis de la carte nationale et du certificat médical attestant la maladie. Les centres de santé du sous-secteur de la santé de la Chiffa ainsi que la polyclinique de Mouzaïa auront, eux aussi, leur quota.    

Source El Watan Abdelkader Lazereg

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires