Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 06:27

Légumes abordables, viande inaccessible

rush ramadhan

 

Une semaine après le début du ramadan, les prix n’ont pas pris leur envolée habituelle. Du moins pour les légumes car les fruits restent inabordables pour beaucoup d’Algériens.

Idem pour la viande rouge et blanche. Le poulet est, en effet, vendu à un prix supérieur à celui promis par les responsables à la veille du ramadan et qui ne devait pas dépasser les 250 DA/kg.

C’est le constat qui a été fait ce matin au marché Clauzel d’Alger. Une virée entre les étals des légumes et fruits permet de constater que les promesses de certains responsables qui avaient assuré avant le mois de ramadan que cette année dérogera à la règle, ne sont que des «paroles vides». En effet, les prix affichés sur les étals donnent le tournis et dissuadent beaucoup de clients venus faire leurs emplettes. Il est 10 h, les gens ne se bousculent pas dans les allées de ce marché vu que les prix affichés sont au-dessus de leur pouvoir d’achat. La tomate, la carotte, la courgette, les concombres et le poivron sont cédés à 50 DA, la salade à 70 DA, les haricots verts à 120 DA, le citron à 80 DA, la pomme de terre à 45 DA, l’oignon à 30 DA et les navets à 100 DA. Le constat est le même pour les fruits dont les prix ont légèrement augmenté. Le prix des bananes est de 120 DA, les pêches entre 120 et 170 selon la qualité, le kg de raisin est cédé entre 110 et 140 DA, le melon est à 80 DA, la pastèque entre 40 et 50 DA alors que les dattes sont pratiquement incoercibles avec leurs prix qui avoisinent avec les 400 DA. Interrogé, le président du marché qui était assis dans son bureau, nous a expliqué que la cherté de ces produits est due au fait que les commerçants travaillant dans ce marché de détail sont approvisionnés par des transporteurs. «Avant d’arriver sur les étals de ce marché les produits passent par deux à trois intermédiaires, ce qui fait systématiquement grimper les prix de ces produits très demandés durant le mois de ramadan». Le prix de la viande ne déroge pas à cette flambée. En effet, le prix du poulet, «censé» être cédé à 250 DA/kg comme l’avait annoncé l’Office national des aliments de bétail (Onab) quelques jours avant le début du ramadan, est de 360 DA. «Au bon vieux temps quand le prix du poulet était abordable, nous remplacions la viande rouge par la viande blanche, mais maintenant tout est cher, même la viande congelée», a dit avec un soupir une dame rencontrée dans l’une des allées du marché. Ce constat est d’ailleurs partagé par plusieurs personnes. Une dame d’un certain âge nous a indiqué : «J’ai ‘’déserté‘’ ce marché depuis longtemps. Moi je m’approvisionne au marché des Trois-Horloges de Bab El-Oued. Je passe juste pour voir les prix affichés… question de comparer !». S’agissant de la viande rouge, le prix varie selon la qualité. Ainsi, le prix de la viande rouge fraîche est entre 650 et 750 DA pour la viande bovine et 900 et 950 DA pour la viande ovine. Le prix du kg de bifteck quant à lui est à 110 DA. Interrogé sur le prix de la viande indienne, un boucher nous a indiqué qu’il ne la vend pas, mais nous propose à sa place une viande congelée «brésilienne» à 600 DA/kg.Un autre nous a informés qu’ils sont très rares ceux qui proposent de la viande indienne aux clients.

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rucker 19/08/2010 11:25



que dire du prix des sardines et quant à la viande elle est importée des Indes dans des conditions d'hygiène plus que douteuses !


Né àAlger en 34 parti en 62 je n'y suis retourné qu'en 2005 et depuis également plus de dix fois et je ferais les mêmes constats que vous sur ce pays à deux faces ! Pour ma part j'explore le
passé archéologique du pays depuis près de 70 ans !et ne me lasse pas d'en découvrir les gens qui nous avaient été si soigneusement occultés


Merci de votre blog


C. Rücker



Le Pèlerin 21/08/2010 18:33



 


Bonjour C Rücker...


Merci pour votre témoignage...il y a tant de gens qui n'y ont jamais mis les pieds ou qui
n'y ont plus mis les pieds et qui font l'amalgame entre Algérie et burqa, problèmes des banlieues nuisances.....machisme, ....et j'en passe


Je vous souhaite bon vent et vous remercie pour l'intérêt que vous portez a mes
blogs


Cordialement,


Le Pèlerin