Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 18:26

Changement en Algérie : Qui propose quoi ?

Algerie la grogne

 

Les révoltes arabes, les émeutes et contestations sociales en Algérie amènent, depuis plus de deux mois, la classe politique algérienne à faire des propositions pour «sortir de la crise», «changer le régime» et remettre le pays «sur les rails de la démocratie». En face, l’opinion nationale «bombardée» par des projets de réformes politiques attribués à Abdelaziz Bouteflika n’a pas l’occasion réelle de débattre ou de critiquer ces propositions. La télévision et la radio étatiques n’offrent pas encore l’antenne aux Algériens désireux de dire autre chose. Le pays, malgré la levée de l’état d’urgence, demeure encore fermé au débat public libre

Hocine Aït Ahmed

- Election d’une Assemblée constituante en préalable aux réformes politiques

- Rajeunir les élites

- Bannir le recours à la violence comme «seule option laissée aux Algériens»

- Déclenchement d’une dynamique de débat national qui porte sur les préoccupations quotidiennes des citoyens.

- Mobilisation de toutes les composantes de la société à l’intérieur de tous les cadres qui sont à sa portée (associations, ONG, syndicats, forums, etc.).

Ahmed Benbitour

- Changement total du système «et pas un changement des hommes»

- Réunir l’opposition en une alliance pour changer le système

- Désigner six personnalités nationales «crédibles et compétentes» pour mener et concrétiser ce changement

-  Créer des radios et des télévisions non contrôlées par le régime

- Agréer de nouveaux partis et désigner un gouvernement de transition pour préparer des élections présidentielles et législatives anticipées

- Référendum sur une nouvelle Constitution après un débat avec la société civile

- Impliquer le secteur privé dans le développement économique.

Abdelhamid Mehri

- Supprimer les obstacles qui inhibent la liberté d’expression ou la restreignent.

- Réunir les conditions nécessaires permettant aux organisations et aux initiatives sociales des jeunes et des élites d’exercer leur droit constitutionnel à exprimer par tous moyens légaux, leurs critiques et leurs propositions.

- Multiplier les initiatives populaires émanant de la société et soutenant la demande de changement pacifique.

- Créer des amicales de solidarité contre la corruption.

- Etablir une évaluation critique et globale du système de gouvernance et de ses pratiques depuis l’indépendance.

- Etablir des ponts pour un dialogue large avec les forces politiques pour préparer un Congrès national général qui aura pour mission, entre autres, de prendre les mesures nécessaires pour sortir le pays de la spirale de violence.

Déterminer les tâches et les étapes pour jeter les bases d’un système démocratique et de l’Etat de droit.

- Etablir une plateforme nationale sur les perspectives du développement national global.

Etablir une plateforme nationale sur les fondements de la politique étrangère nationale et ses lignes générales.

Louisa Hanoune

- Mettre en place une Assemblée constituante.

Ouvrir un débat sur le contenu des réformes politiques

- Créer des comités pour recueillir les revendications des populations de toutes les wilayas et les communiquer aux instances nationales

- Lancer un débat démocratique sur la Constitution algérienne avant sa révision.

Moussa Touati

- Dissoudre les assemblées élues et les institutions constitutionnelles

- Constituer des commissions de gestion des affaires courantes du pays à mandats limités

- Elaborer une charte nationale pour définir la nature du régime et la soumettre à un référendum populaire

- Préparer une nouvelle Constitution votée par référendum dans un délai de 45 jours après l’approbation de la charte nationale

- Election d’un nouveau président de la République.

- Rejet de toute forme de violence.

- Avantager le régime parlementaire réputé «plus démocratique».

Coordination nationale pour  le changement et la démocratie  CNCD-Barakat

- Lutter pour la fin du régime politique actuel et l’édification d’une démocratie réelle, d’un pouvoir civil et d’un Etat de droit

- Œuvrer pour la consolidation de l’unité nationale dans le respect de la pluralité, de la diversité et des différences

- Lutter contre la marginalisation de la jeunesse

- Œuvrer et contribuer à la structuration démocratique et autonome de la société et à la promotion du dialogue, du débat démocratique et de la culture de la non-violence

- Reconnaître la volonté populaire exprimée à travers des élections libres et transparentes comme seule source de la légitimité politique et la nécessité de l’alternance au pouvoir

- Militer pour la concrétisation du respect de toutes les libertés politiques, syndicales et associatives et pour l’égalité juridique effective entre les femmes et les hommes

- Lutter contre la corruption sous toutes ses formes et à tous les niveaux

Comité des citoyens démocrates  et républicains (CCDR) :

- Rassembler les forces démocratiques et lancer un dialogue entre elles

- Engager des débats citoyens à tous les niveaux

- Entamer un travail explicatif de proximité avec les citoyens

Coordination nationale pour le changement et la démocratie CNCD – Partis

- Conférence nationale pour désigner un Conseil national de transition démocratique (CNTD) pour un mandat d’une année

- Le CNTD procédera à la dissolution de toutes les institutions élues et à la nomination d’un gouvernement de transition pour gérer les affaires courantes

- Le CNTD engagera le pays dans une refondation nationale à travers une nouvelle Constitution à soumettre à référendum

- Les institutions élues seront reconstruites selon des priorités définies par le CNTD lors des conférences.

- L’élection de ces institutions se fera dans la transparence et sous observation internationale

- Le CNTD mettra en place une commission indépendante qui proposera les modalités de restitution du sigle FLN à la mémoire collective

- Durant la période de transition, l’armée et l’ensemble des services de sécurité seront placés sous l’autorité du CNTD.

Alliance nationale pour le changement

- Demander le départ des hommes-clefs du pouvoir pour concrétiser le changement

- Ouvrir les champs politique et médiatique

- Organiser une conférence nationale pour le changement

- Elaborer une charte d’honneur de l’opposition et une plateforme de revendications politiques

- Offrir la possibilité aux jeunes et cadres d’accéder aux postes-clés de l’Etat

- Réaliser la refondation de l’Etat.

Front du changement national

- Changer radicalement et pacifiquement le régime

- Refuser l’instrumentalisation des fondements de l’identité algérienne

(islamité, amazighité, arabité)

- Ne permettre à aucune institution de l’Etat, quelle qu’elle soit, d’être

au-dessus de la souveraineté du peuple, seule source de légitimité

- Définir clairement les missions constitutionnelles de l’armée

- Rejeter tout forme de violence «que ce soit dans l’expression ou la gestion des conflits qui traversent la société»

- Respecter totalement la dignité et les droits de la personne humaine et les libertés

- Dissoudre la police politique

- Mettre en place un gouvernement de transition et un conseil consultatif en vue de préparer l’élection d’une assemblée constituante

- Libérer la création des partis et des syndicats.

Source Le Matin-dz / El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires