Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 05:21

 Algérie - Le statut de la promesse dans le système

promesse.jpg

On raconte, avec un certain unanimisme, que le président-directeur général d’Air Algérie aurait été limogé pour avoir promis une forte augmentation de salaires au personnel de cabine.
Remarquons qu’il ne les a pas augmentés. Il aurait donc été démis pour une promesse ! Or, chacun sait les chances qu’un serment de responsable algérien a pour se réaliser. On peut même dire que, dans notre pays, ne se réalise que ce qui n’a pas été promis. Si donc tel est le cas — que Bouabdallah ait été débarqué pour une promesse —, ce serait bien la première fois qu’on juge un cadre sur ses engagements. Et ce serait parfaitement injuste dans un système totalement fondé sur les privilèges du discours creux et de la parole non tenue.
Si on devait destituer tous les dirigeants qui ont trop promis, l’ancien P-DG d’Air Algérie viendrait en dernier. Révoqué par un régime qui a osé faire des promesses à répétition, chiffrées en millions de logements, en millions d’emplois, en centaines de milliers d’arbres, en centaines d’hectares de nouveaux jardins, en milliers de tonnes de poisson, en millions d’hectolitres de lait, en milliers de kilomètres de routes et d’autoroutes, en dizaines de stations de métro, Bouabdallah est en droit d’engager un recours en annulation pour non-respect de la jurisprudence nationale en matière de gestion : promettez, promettez, il en restera toujours quelque chose.
Au moment où l’on recrute, et juste pour redorer le blason d’un football fondamentalement médiocre, un Vahid pour plus de huit milliards de dinars par an, on en licencie un autre, gestionnaire de son état, qui en a promis beaucoup moins à des milliers d’employés !
Bouabdallah n’a fait qu’une seule erreur : il a oublié que depuis le “Printemps”, les augmentations de salaires en Algérie sont une affaire politique et n’ont plus de fondement managérial. Il suffisait pourtant juste de remarquer qu’au temps où l’on faisait des promesses, il n’y avait jamais de réévaluations salariales mais que celles-ci ont subitement commencé à pleuvoir sans même être annoncées ! Même le ministre de la Poste a eu la naïveté de démentir une revalorisation des salaires des postiers parce qu’elle n’a pas été promise, avant d’être invité à assister à son officialisation télévisée !
Même la tripartie, théoriquement conçue pour étudier la manière équitable de redistribuer les revenus du travail entre l’état, les entreprises et les ménages, ne s’est réunie que pour constater le fait accompli et s’en… féliciter.
Jusqu’ici, le sommet s’était arrogé le monopole de la promesse. Et pas seulement la promesse sociale, puisqu’il nous a promis jusqu’à la “dignité recouvrée” de l’Algérien et la “paix retrouvée” de ses contrées ! Maintenant, il veut s’approprier la décision dans ses moindres démembrements, jusqu’à la fiche de paie individuelle.
Ce rapatriement de la décision de base vers le sommet ne sert qu’à une chose : gagner le temps de revenir sur sa dernière promesse : la réforme pour une Constitution démocratique.

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr   

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires