Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 04:44

Algérie - Le RND pour la limitation des mandats présidentiels

Ouyahia

 

En sa qualité de secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia a remis, hier, ses propositions à l’instance de consultations sur les réformes politiques, dirigée par Abdelkader Bensalah.

Persuadé de la «nécessité de parachever le processus d’édification de la démocratie et du pluralisme politique», M. Ouyahia dit avoir «la conviction sûre que le temps est venu pour le parachever, car initié en 1989 mais qui a accusé un certain retard à cause de la tragédie nationale». Loi sur les partis politiques, loi électorale, loi sur l’information et  révision de la Constitution, le mémorandum de Ouyahia contient, selon lui, les conceptions du RND et des propositions détaillées. Le RND, qui avait voté en novembre 2008 pour la levée de la limitation des mandats présidentiels lors d’une révision partielle de la Constitution, permettant au président Bouteflika d’obtenir un troisième quinquennat en avril 2009, le parti plaide, cette fois-ci, le contraire.

Il est pour «une organisation du pouvoir exécutif favorisant la consolidation du pluralisme politique, à travers une fonction présidentielle avec un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois». M. Ouyahia, qui maintient toujours son avis sur le régime semi-présidentiel, suggère que le Premier ministre nommé soit issu du parti majoritaire à l’APN ou du parti qui y dispose du plus grand nombre de sièges. Le gouvernement doit être comptable de son programme «qui doit recueillir l’accord de l’Assemblée, et dont la capacité de recours à la législation par ordonnance présidentielle sera limitée aux seuls cas d’urgence exceptionnels», préconise-t-il. Ouyahia aura certainement du ménage à faire dans le Parlement, dans la mesure où il veut renforcer son image en constitutionnalisant l’obligation de présence du député en commission et en plénière, en limitant clairement l’immunité parlementaire aux seuls actes politiques du député et en interdisant le nomadisme politique des élus sous peine de déchéance de mandat. Le RND se veut enfin «ouvert» et appelle dans ses propositions «à doter le Conseil de la nation du droit d’amender des projets de loi et à promouvoir le rôle de l’opposition au sein du Parlement, notamment en réservant une séance mensuelle de l’APN à l’examen d’un ordre du jour proposé par les groupes parlementaires de l’opposition». Autre proposition : le RND ne veut plus de facilitation pour agréer les formations politiques.

Il coupe court à certaines volontés dans la mesure où il propose «d’interdire aux personnes qui auraient participé à des actes terroristes ou qui refusent de reconnaître leur responsabilité dans la conception et la mise en œuvre d’un pseudo djihad contre la Nation et les institutions de la République» de créer un parti politique. En termes de loi électorale, «l’âge minimum exigé pour les candidatures aux Assemblées populaires communales et de wilaya ainsi que pour l’Assemblée nationale, est réduit à 23 ans et à 30 ans pour la candidature au Conseil de la nation», selon la proposition de Ouyahia. Il invite à établir le droit à des formations politiques appelant à un vote négatif lors d’un référendum. Il suggère la légalisation d’une commission nationale indépendante de surveillance lors des élections pour conforter leur crédibilité et de rendre obligatoire l’utilisation d’urnes transparentes lors des scrutins. Enfin, concernant la loi sur l’information, Ouyahia veut la suppression de 15 articles de la loi actuelle relatifs à des peines de privation de liberté. Le parti du Premier ministre plaide pour le retour du Conseil supérieur de l’information et dit être favorable à l’ouverture du champ audiovisuel au capital privé.
Source El Watan Nassima Oulebsir avec agences

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires