Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 05:00

Rythme des réformes politiques : Entre attente mesurée et impatience

changement

 

 

Si certains partis se disent impatients de voir les réformes politiques auxquelles a appelé le président de la République se concrétiser sur le terrain, d’autres par contre estiment qu’un tel processus exige du temps et de la perspicacité.

C’est le cas notamment du FLN qui salue le travail accompli par l’instance présidée par M. Bensalah. Kassa Aïssi, chargé de communication du Front, affirme qu’une partie des propositions a, d’ores et déjà été traduite en projets de textes de lois lors des conseils de gouvernement et des ministres. Pour étayer ses propos, il a indiqué que lors du dernier conseil des ministres, trois projets de lois ont été débattus. Il s’agit des textes concernant la mise en œuvre de l’article 31-bis, relatif à la participation de la femme aux assemblées élues, la loi organique relative à l’incompatibilité des députés, ainsi que le code de la wilaya.
«Je crois savoir que les projets relatifs au code électoral, aux partis politiques et aux associations ont été examinés», précise Aïssi. Le chargé de communication affirme que le processus suit son cours, accusant certaines formations politiques de «faire de l’agitation politicienne». En outre, il a fait savoir que l’élaboration de la Constitution sera confiée à la nouvelle assemblée qui sera élue l’année prochaine. Miloud Chorfi, porte-parole du RND, abonde dans le même sens. «Ceux qui parlent de retard se trompent», dit-il. Il estime que le premier magistrat du pays a installé une instance qui a fait ce qu’elle devait faire, ajoutant que le travail se poursuit toujours au niveau de la présidence. La formation politique de M. Ouyahia précise qu’une telle tâche exige beaucoup de temps, surtout qu’il faut discuter et passer au crible toutes les propositions faites par les participants à ce processus. «La concrétisation en texte de lois des propositions se fera prochainement», a-t-il noté. N’empêche, le MSP s’impatiente. Son président, M. Soltani, a souligné le retard mis pour la concrétisation des réformes politiques.
«Cela fait quatre mois que le président de la République a annoncé les réformes lors de son discours prononcé le 15 avril. Mais jusqu’à présent, ces réformes ne sont pas encore devenues réalité. Pis, le rapport des consultations politiques n’est pas encore affiché alors qu’il doit l’être pour être débattu au sein d’une réunion nationale», a-t-il indiqué dans une conférence de presse. Le leader islamiste a fait aussi part de ses doutes sur les intentions de l’administration de mener à bien ces réformes.
Hanoune fait part de ses craintes
L’impatience de M. Soltani trouve écho au PT. A l’issue de sa réunion hebdomadaire tenue dimanche dernier, le parti de Louisa Hanoune relève «sur le plan politique, l’absence d’initiative gouvernementale à même de donner un débouché positif aux aspirations profondes de la population au changement». Une absence, souligne le parti, dans un communiqué transmis à la rédaction, d’autant plus angoissante que l’état actuel du monde qui se caractérise par la crise économique et politique qui frappe l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique et les bouleversements, toujours en cours dans la région du Machrek et du Maghreb, sont porteurs de tous les dangers.
Le FNA pense que le suspense «est sciemment entretenu par les décideurs pour faire oublier aux Algériens, lors de la prochaine rentrée sociale, les vrais problèmes». M. Touati, son président, estime que «le pouvoir fera tout pour faire des réformes politiques initiées par le président de la République, dans le sillage des révoltes qui ont secoué et secouent encore certains pays arabes, un sujet de discussion lors de la prochaine rentrée sociale en vue d’occuper la scène médiatique et faire, autant que possible, oublier au peuple ses véritables préoccupations». La solution, a-t-il estimé, réside dans l’instauration d’un Etat de droit et d’équité et non pas «dans lesdites réformes».

Source Horizons Djamel O.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires