Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 08:01

retraites-algeriens.jpgLe 3eme âge pose problème

 

La digue s'est rompue. Jeudi dernier, notre ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, Mme Souad Bendjaballah, a annoncé le lancement d'un nouveau dispositif «d'auxiliaires de vie pour assistance à domicile aux personnes âgées». Dans le même temps, le Journal officiel n°21 vient de publier un décret instaurant une «carte de la personne âgée». L'atomisation de la cellule familiale ne fait plus de doute dans notre pays. Surtout dans les zones urbaines. Il faut se rendre à l'évidence. A l'ère des technologies nouvelles, notre société ne pouvait pas échapper aux problèmes de la prise en charge des personnes âgées. C'est la rançon du progrès. On aura beau s'offusquer un temps de ceux qui placent leurs parents dans des «maisons de vieillesse», le temps de la banalisation est arrivé. C'est maintenant officiellement reconnu par l'Etat qui commence à prévoir les structures et mécanismes nécessaires pour la prise en charge du troisième et quatrième âge dans notre pays. C'est même «une préoccupation majeure des pouvoirs publics» a déclaré la ministre. Elle estime la population actuelle du troisième âge à 2 millions et demi de personnes, soit 7,6% de la population totale. «Ce taux devra dépasser 40% en 2025» a-t-elle averti. Une «explosion» dans un peu plus d'une décennie. Il faudra faire vite, car actuellement, il n'existe que 32 foyers pour personnes âgées dans le pays. 2 287 personnes âgées seulement vivent dans ces structures réparties dans seulement 28 wilayas, a-t-elle encore précisé. Ainsi et après avoir longtemps cru, à tort, que notre société pouvait être à l'abri de la solitude et de l'abandon des personnes âgées, nous n'avons malheureusement réussi qu'à laisser se creuser le déficit en structures d'accueil et en personnel qualifié. D'ailleurs, l'idée de créer la spécialité de gériatrie en médecine commence à peine à être évoquée. Pour accompagner le nouveau dispositif annoncé par Mme Bendjaballah, il n'y a, également pas de personnel qualifié. Tout juste si, comme elle nous l'apprend, «un programme de formation dans certains métiers du social a été lancé au profit de 20 auxiliaires de vie pour la première phase du lancement de l'opération». C'est un grand chantier que viennent d'ouvrir les autorités. Par son extrême sensibilité, il requiert la plus grande vigilance de ceux qui en ont la charge. C'est la frange la plus vulnérable de la société qu'il s'agit de protéger et d'accompagner. Dans les actes les plus simples de la vie quotidienne.
Dans la santé. Dans la sécurité des personnes et des biens de ces mêmes personnes. Prenons un exemple tiré du décret qui vient d'être publié instaurant la carte de personne âgée. Six pièces composent le dossier à fournir. C'est autant de pièces à établir à domicile (médecin, photos, etc.) dans plusieurs cas. Le dépôt devra se faire, selon ce décret «par la personne âgée intéressée ou son représentant dûment habilité». Que fera-t-on devant l'absence d'un représentant? On peut y ajouter l'exigence de probité des auxiliaires qu'on projette de former. N'oublions pas qu'il s'agit de personnes vulnérables qui possèdent des biens. La plus petite pension peut attirer les prédateurs qui ne sont jamais loin. Ce ne sont là que des exemples au pied levé pour dire que la tâche n'est pas simple. Qu'il faudra veiller à laisser le moins de failles possibles dans le dispositif prévu. Le travail sera ingrat. Ceux qui le réussiront auront beaucoup de mérite!

Source L’Expression Zouhir Mebarki

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires