Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 06:05

Le gouvernement, le syndicat et le patronat se préparent pour demain

La tripartite 2011 Triparetite 2011

 

Demain, les partenaires sociaux regroupant gouvernement, syndicat et patronat, se réuniront autour de la question des salaires.

Prévue demain à la veille de la célébration de l'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, cette tripartite examinera plusieurs dossiers socio-économiques, a indiqué jeudi dernier Mohamed Benmeradi, ministre de l'Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale.

Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une réunion avec les directeurs des agences et des structures de la Caisse nationale d'assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas), le ministre a indiqué que les débats de la tripartite qui groupera le gouvernement, le patronat et l'Union générale des travailleurs algériens (Ugta), seront articulés sur la recherche de méthodes de règlement des différentes questions socio-économiques, notamment celles liées aux salaires et l'examen de l'article 87 bis du Code du travail. Il sera question également, lors de cette réunion d'évoquer les décisions prises dernièrement par les cinq commissions installées après la dernière tripartite et d'examiner les méthodes de leur concrétisation, dont la redynamisation des crédits à la consommation destinés à la production nationale. Concernant la possibilité d'introduire le Code du travail en cours d'amendement, à l'ordre du jour de la tripartite, le ministre a affirmé qu'il n'est pas prévu dans la rencontre de dimanche, mais le projet, a-t-il dit, fait l'objet de débats au niveau des parties concernées pour son enrichissement. Dans ce contexte, il a rappelé que le projet de loi amendé sur le travail «sera fin prêt après la prochaine élection présidentielle», pour qu'il soit soumis au gouvernement pour approbation, puis aux deux chambres du Parlement.

De son côté, le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (Ugta), Abdelmadjid Sidi Saïd, a affirmé que le renouvellement du pacte économique et social de croissance et le débat de l'article 87 bis de la loi relative à la relation de travail seront au menu de la réunion de la tripartite (gouvernement centrale syndicale - patronat) prévue dimanche prochain.

Dans une déclaration à la presse en marge de la conférence sur la Convention internationale sur le travail maritime, M.Sidi Saïd a indiqué que le renouvellement du pacte économique et social de croissance sur la base d'une vision nouvelle sera largement traité outre la possibilité d'amendement ou de maintien de l'article 87 bis. La rencontre sera consacrée également aux moyens de promouvoir les secteurs de l'habitat et du bâtiment, au développement de la production nationale et au rétablissement du crédit à la consommation.

Il a précisé que la tripartite se réunira «pour une consultation autour de dossiers économiques et sociaux d'intérêt pour le citoyen afin de dégager une vision commune susceptible d'apporter des solutions à nombre de problèmes». Concernant la grève du secteur de l'éducation, le secrétaire général de la Centrale syndicale a appelé les syndicats qui ont appelé à la grève à s'asseoir à la table du dialogue avec le ministère de tutelle et à faire prévaloir la pondération dans le but de trouver des solutions sans pour autant hypothéquer l'avenir des élèves. Cette tripartite intervient également dans un moment crucial de la présidentielle 2014 et une grève aiguë qui a secoué le secteur de l'éducation durant le mois de février.

Si l'Ugta s'est prononcée pour un 4e mandat pour le président Bouteflika, le patronat réserve sa réponse après le mois de mars, mais les deux partenaires sociaux restent projetés vers l'avenir en attendant de voir plus clair dans cette étape décisive dans l'histoire du pays.

Source L’Expression Salim Aggar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires