Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 06:46

Janvier 2012 s'annonce chaud

Alger Chomeurs en colere

Une fois de plus le début de l'année prochaine est menacé par de multiples actions : manifestations, sit-in et grèves cycliques.    De nombreuses corporations vont basculer dans la perturbation. Or, les secteurs de la Santé, de l'Education et de l'Enseignement supérieur, les plus sensibles d'ailleurs, seront les plus touchés.

Le début de l'année 2012 ne sera pas de tout repos pour le département de Ould Abbès. Les hospitalo-universitaires entameront une grève cyclique de trois jours par semaine à partir du 8 janvier prochain. Si la tutelle ne réagit pas, ceux-ci menacent de durcir leur mouvement à partir de la deuxième semaine.

Les CHU vont connaître dès le début du mois de janvier prochain des perturbations. Seules les urgences seront assurées, pas les activités chirurgicales, ni les consultations, ni les explorations biologiques et d'imageries.

Les revendications  des hospitalo-universitaires soulevées depuis des années ne sont toujours pas prises en charge par la tutelle. Ce corps, qui réclame l'amélioration des conditions de travail, estime qu'il continue de faire face aux mêmes problèmes de pénurie de médicaments. La question liée au régime indemnitaire de la santé et de la chefferie d'unité n'est toujours pas réglée.

La deuxième tutelle avertie est celle de l'Education, outre les contractuels qui menacent de revenir à la charge,  les corps communs et ouvriers professionnels du secteur de l'éducation  seront en grève à partir du 9 janvier 2012, reconductible dans le cas où le ministère ne répond pas à leurs revendications.Les représentants des corps communs se voient lésés dans leurs droits, ils évoquent une situation socioprofessionnelle catastrophique de ses adhérents, et exigent en effet des pouvoirs publics, l'intégration de la corporation dans le corps de l'éducation.

Sur la plate-forme de revendications figurent notamment, la révision de la classification des corps communs, l'augmentation de la prime de rendement à 40% pour tous les corps communs, le droit à la formation et à la promotion.

Les corps communs n'écartent pas le recours à d'autres formes de protestation (grèves cycliques, grèves de la faim, rassemblements…).

Outre le classement dans le statut particulier des travailleurs de l'éducation vu leurs liens directs avec les élèves et l'équipe pédagogique, ces derniers exigent la promulgation d'un texte de loi à même de protéger les corps communs ainsi que les travailleurs professionnels des dépassements de certains responsables.

La régularisation des contractuels des corps communs et des travailleurs professionnels et leur intégration par l'ouverture de postes budgétaires sont également soulevées.

D'autres débrayages sont annoncés ici et là, on citera celui que prévoient les représentants syndicaux des ouvriers de la zone industrielle de Rouiba. Ils contestent le harcèlement et les dépassements dont sont l'objet des salariés ainsi que le silence des autorités. Notons, qu'une vingtaine de personnes ont été licenciées par le directeur de l'unité

Il a été proposé donc un rassemblement des syndicalistes et de travailleurs, qui sont pas moins de trois mille, le lundi prochain au siège de l'UGTA, sinon une marche vers le ministère du Travail et vers celui de l'Industrie.

 Le secteur du bâtiment n'est pas en reste, les travailleurs algériens de la société chinoise des travaux publics China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), géant chinois du BTP, menacent d'observer une grève le mois de janvier. Pour rappel, les travailleurs revendiquent depuis 2009 une revalorisation de leur salaire, l'application de l'indemnité d'expérience professionnelle, les primes de rendement, de mission, de transport ainsi que celle de panier.

Source Les Débats  Rebiha Akriche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires