Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 00:38

Grève des cheminots aujourd’hui

trains algerie

Les syndicalistes de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) ont appelé à une grève illimitée à partir d’aujourd’hui et ce, en signe de protestation quant à la situation socio-économique que vivent les travailleurs du secteur des chemins de fer.

Réunis hier avec les responsables de la direction, aucun compromis n’a été trouvé entre les deux parties, chose qui a amené les représentants des travailleurs à maintenir leur mot d’ordre et ne pas revenir sur leur décision. Contacté par téléphone à l’issue de la rencontre que les représentants des travailleurs ont eu avec le directeur général de la compagnie, le syndicaliste Abdelhak Benmansour a affirmé que les résultats des négociations ont été «négatifs» et que la grève aura lieu «sauf par miracle, c’est-à-dire si les responsables nous appellent vers mi-nuit pour nous dire qu’ils ont accepté nos revendications», a-t-il déclaré, ajoutant : «Pour se faire entendre en Algérie, il faut user de moyens radicaux».

Parmi les revendications des protestataires, il y a lieu de mettre en exergue celle relative au système d’attribution des échelons qualifié de défaillant et où des inégalités salariales entre les fonctionnaires sont flagrantes. Outre l’attribution des échelons, la grille des salaires négociée en mai 2010 suivie d’une mauvaise application, selon les syndicalistes, constitue également la pomme de discorde entre les syndicalistes et l’administration. Ainsi, ces défaillances ont eu pour conséquences un retour négatif sur le plan de carrière des cheminots, à savoir qu’il faut une durée de deux ans pour passer d’un échelon à un autre. Par ailleurs, la direction générale de la SNTF a été destinataire d’une plate-forme de revendications contenant l’augmentation de la prime de panier et celle de déplacement pour le personnel roulant, des indemnités du régime particulier (IDRP), des indemnités de l’expérience professionnelle (IEP) ainsi que la révision et le déroulement de carrière.

En fait, les syndicalistes avaient préalablement avisé leur direction d’un débrayage au cas où leurs revendications ne seraient pas satisfaites en leur donnant un ultimatum de 15 jours avant de passer à la radicalisation de leur mouvement.

Un débrayage qui perturbera à coup sûr le transport ferroviaire à travers le territoire national, d’autant plus que la journée d’hier et celle d’aujourd’hui, laquelle correspond au début de semaine et le retour en masse des travailleurs sur leur lieu de travail. Ceci étant, les voyageurs devront prendre leurs précautions et penser à un autre moyen de transport avant d’effectuer leurs déplacements. Il y a moins d’un mois, ce sont les agents de sécurité de la même société qui ont ob-servé des journées de grève pour dénoncer la précarité de leurs emplois. Ces derniers revendiquent la révision de leurs contrats, pour la majorité à durée déterminée, alors que certains d’entre eux sont employés au sein de la société depuis 1998. Autre revendication, et à l’instar de leurs camarades de l’entreprise, les agents de sécurité demandent une augmentation des salaires, lesquels tournent actuellement autour de 12 000 dinars.

Source Le jour d’Algérie Hafid Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires