Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 07:35

Ils ont tenu hier un rassemblement devant l'UGTA

Poudriere Rouiba

 

C'est une véritable démonstration de force que viennent d'opérer les travailleurs de la zone industrielle de Rouïba : ils étaient, en effet, hier des centaines à organiser un rassemblement au niveau de la Maison du peuple où  ils étaient reçus par le secrétaire général de la Centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd. S'il est vrai qu'ils ont trouvé, à ce niveau-là, une ''oreille attentive" -puisque leurs revendications étaient reconnues "légitimes"- il n'est pas moins vrai qu'ils ont menacé de hausser le ton, dans le cas où leurs problèmes ne seraient pas réglés dans les jours à venir.

A cette action de protestation, jugée effectivement "réussie", ont  pris part, des syndicalistes, des travailleurs de différentes sociétés privées et publiques ainsi que des agents de sécurité de cette zone, qui est, rappelons-le, des plus importantes du pays. Au cours de cette action, les centaines de travailleurs ont brandi des pancartes et des banderoles  sur les quelles on pouvait lire "Halte à la hogra", "Halte au licenciement abusif", "préservons l'outil de production" ou encore "SGP = pourrissement", "SGP, retraités Berra"…

En effet, outre l'augmentation des salaires, revendication commune à tous les travailleurs algériens, ainsi que d'autres revendications d'ordre social, les travailleurs de la zone industrielle de Rouïba exigent le départ des responsables "vieux". Ils sont allés jusqu'à interpeller le président de la République lui demandant de passer la gestion de la zone aux jeunes cadres. "Bouteflika, Nahilna chaykhoukha" (Bouteflika mettez fin à l'activité des vieux), scandaient-ils. Ils dénoncent le fait que plusieurs cadres dirigeants sont des retraités que leurs entreprises ont rappelés, occupant ainsi des postes qui devraient être réservés aux jeunes. A ces "gérontocrates'' administratifs, les protestataires reprochent des licenciements abusifs ainsi que le le recours répété et fréquent à la justice dans la gestion des conflits sociaux. Cette détermination vient, faut-il le noter, du fait que les travailleurs de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) et l'administration sont parvenus à un accord stipulant  l'arrêt de fonction des cadres retraités dès le 31 décembre 2011.

Marche annulée

Par ailleurs, les travailleurs ont annulé une marche qui allait les mener vers les deux ministères de l'Industrie et du Travail, prévue pour la même journée d'hier. Cette décision a été prise suite à l'écho favorable rencontré au niveau de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Comme promis par Djenouhat, le secrétaire général de cette Union, au niveau de la wilaya d'Alger, Sidi Saïd, a reçu une délégation des travailleurs dans l'après-midi d'hier.  Il affirmera, en effet,  que leurs préoccupations sont "légitimes" et a renouvelé  "la disponibilité des autorités à prendre en charge leurs revendications". Comme il a annoncé des négociations entre les travailleurs, l'UGTA et les deux ministères concernés à savoir celui du Travail, de l'emploi et de la Sécurité sociale et celui de l'Industrie et de la PME et de la promotion de l'investissement.

Source Les Débats Hamid Fekhart

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires