Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 07:30

Récupération, coups bas, redressements et confrontations

Algerie la grogne

 

Les vieux démons sont de retour dans plusieurs partis politiques. L'approche des élections législatives risque de mettre du feu à l'huile et provoquer des scènes de violence chez plusieurs formations. Et pour cause, les mouvements de redressement ont fait leur apparition et tous les coups semblent permis.

C’est du moins ce que l'on constate depuis quelques jours. Au Front national algérien (FNA), le ministère de l'Intérieur a autorisé aux redresseurs d'organiser un congrès extraordinaire, programmé pour les 30 et 31 décembre. Les opposants à l'actuel président du parti comptent bel et bien, évincer le chef contesté, Moussa Touati. On apprend que la réaction de ce dernier était "violente", lui qui ne s'attendait pas à une telle décision du ministère de l'Intérieur. Au sein du parti, les deux camps s'acheminent droit vers la confrontation et c'est tout le parti qui risque de voler en éclats à quelques mois des échéances électorales. Le même scénario est en préparation chez le Mouvement El Islah. En fait, l'aile dirigée par Miloud Kadri prépare à son tour son congrès extraordinaire. Certes, les initiateurs de cette initiative qui intervient au moment où la Direction actuelle se prépare aux élections, n'ont pas encore eu l'aval de la tutelle. Mais tout donne à croire que leur action provoquera de vrais remous au sein de ce Mouvement Islamiste divisé en plusieurs clans. Il y a quelques jours, des affrontements ont opposé des militants au sein du siège du parti dirigé par Akkouchi, faisant des blessés parmi les ''belligérants''. Les redresseurs qui qualifient la nécessité de la tenue d'un congrès extraordinaire par une "urgence", annonce la couleur quant à leur détermination pour mener leur projet à terme. Aussi, faut-il relever que ces derniers ont toutes les chances de se voir octroyer une autorisation pour la tenue de leur congrès, du moment que les redresseurs du FNA, eux, ont pu avoir le feu vert du ministère de l'Intérieur. Par ailleurs, au Front de libération nationale (FLN) la situation ne cesse de s'enliser. Les redresseurs, après plusieurs mois de tractations, ont finalement décidé de se présenter avec leurs propres listes électorales aux prochaines élections législatives. Au-delà de cette décision qui compromet sérieusement la cohésion et les chances du parti, il y a liu de s'attendre à une résistance de la part des uns et des autres. Ce qui risque de déboucher sur des heurts. Un scénario qui n'est pas à écarter d'autant que le Vieux parti en a déjà connu des scènes de violence ayant nécessité l'intervention des services de sécurité. Tout compte fait, l'échiquier politique national risque de connaître de grands changements à l'occasion des prochaines élections. Un changement dû d'un côté à la venue de nouveaux partis et de l'autre aux divisions qui caractérisent les partis déjà existants dont les conséquences devrait être néfaste sur leurs résultats électoraux. D'ailleurs, force est de préciser que le grand enjeu, pour bien de leaders politiques, est d'éviter des dissensions, en cette période censée être celle des préparatifs pour les prochaines joutes électorales. Un objectif qui demeure difficile à garantir pour nombre de formations.   

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires