Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 10:38

Eviter le scénario des législatives de 2007

Daho Ould-Kablia

Dans le cadre de la réunion qu’il a tenue avec les walis, vendredi dernier, le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia a appelé à «vulgariser et sensibiliser» les citoyens pour une forte participation, «en adéquation avec les réformes politiques engagées et l’ouverture démocratique renforcée». Voilà une mission qui appartient en principe aux partis politiques mais le pouvoir veut éviter à tout prix le scénario des législatives du 17 mai 2007. Celles-ci ont été massivement boudées par le peuple, puisque le nombre de votants n’avait pas excédé les 35%, dont 10% de bulletins nuls. Cette abstention massive a été mise sur le dos des partis par l’ex-ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni. Il s’est même permis de conseiller à ces derniers de devoir changer de stratégie pour convaincre. Cinq ans après, et cinq mois avant le prochain scrutin qu’est-ce qui aurait pu changer dans la relation entre les formations politiques et les citoyens ? Avec une simple observation, la réponse est «rien», d’ailleurs, un grand nombre de partis activant sur la scène politique nationale sont en pleine crise interne à la veille de ce rendez-vous électoral. Des conflits qui relèvent de souci de la promotion personnelle avant tout, de plus, la sixième législature du Parlement a été toujours accusée d’être déconnectée de la réalité sociale sans négliger les phénomènes de l’absentéisme et le nomadisme politique. Par ailleurs, les prochaines législatives interviennent dans un contexte régional spécifique marqué par un «changement» dans la donne politique au niveau des pays voisins. L’Algérie a vécu «son printemps» en 88 et n’est pas à l’abri de la protestation sociale en plus du lancement des réformes politiques à travers des projets de loi en attendant l’amendement de la Constitution. Toutefois, si les partis sont déjà en pré-campagne  alors que de nouvelles formations attendent l’aval de l’Intérieur pour se lancer dans la course, le gouvernement a déjà entamé la préparation de ces élections. Dans ce cadre, le ministre de l’Intérieur a annoncé que «trente mille» urnes transparentes ont été confectionnées en vue des prochaines élections. Il a précisé que ces urnes seront «personnalisées» (pour être identifiables, ndlr), et ce, pour réunir toutes les conditions d’un scrutin honnête et transparent. Par ailleurs, concernant le recensement des électeurs, M. Ould Kablia a fait savoir que des enquêtes seront menées afin d’éviter, notamment les doubles inscriptions, citant à titre d’exemple les personnes relogées, qui doivent, «choisir le lieu du vote». Il a également fait part de la facilitation du mode de vote pour ceux qui ne disposent pas de carte d’électeur et qui pourront voter avec la carte nationale, aucune loi ne l’interdisant. Le ministre a insisté également sur la nécessité d’observer une «neutralité absolue» dans la préparation des prochaines élections. Il a indiqué qu’à l’approche des échéances électorales, notamment les législatives, des directives et orientations seront données à l’autorité locale. Il s’agit, d’«observer une neutralité absolue dans ses démarches et ses relations avec les candidats aux élections et leurs formations politiques, et ce, dans le respect strict de la législation en vigueur». Il sera également question d’«assurer une bonne préparation logistique, organisationnelle et humaine afin de faciliter au citoyen l’accomplissement de son droit électoral». Pour le ministre, l’autorité locale doit lutter avec «détermination» et «rigueur» contre les phénomènes de corruption, de népotisme et de favoritisme qui portent d’«énormes préjudices» à l’administration et au citoyen. Dans ce cadre, le ministre a précisé que de nouveaux dispositifs sont en cours d’élaboration concernant la gestion des contentieux, la réorganisation des dispositifs d’évaluation et de contrôle.      

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires