Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 04:57

Inquiétudes et interrogations sur la liberté de culte et élections en Algérie

dilem chretiens en Algerie

Le Foreign Office est préoccupé par la liberté du culte. L'ONG Freedom House pour sa part attend du parlement qu’il exerce son rôle de contrôle du gouvernement.

La presse a répercuté régulièrement les mésaventures des chrétiens en Kabylie, en revanche, on sait peu de choses de ceux des autres régions du pays. Il y a quelques jours, des chrétiens ont été arrêtés à El-Tarf et un autre est passé en procès à Oran. Peu visibles, les chrétiens algériens veulent avoir le droit de vivre leur foi et l’abrogation de la loi de 2006.  Cette fameuse loi vise quiconque "incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion". Elle a été concoctée sur mesure par les nombreux islamo-conservateurs au pouvoir pour empêcher cette minorité religieuse de vivre sa foi dans la sérénité. Aussi, la question des libertés religieuses en Algérie préoccupe énormément les Britanniques, nous apprend le quotidien Liberté. Elle était, mardi dernier, au menu des questions orales à la Chambre des Communes. Gregory Campbell, député du Parti démocratique unioniste d’Irlande du Nord, a interpellé Alistair Burt, ministre délégué au Foreign Office, sur le sort de la communauté chrétienne d’Algérie.

Il voulait savoir notamment si le gouvernement britannique a demandé des explications à son homologue algérien, sur l’interdiction de la pratique de la foi chrétienne, en dehors des églises reconnues par l’État. Qualifiée d’atteinte grave au droit de culte, cette décision préoccupe, par ailleurs, de nombreuses associations œcuméniques en Grande-Bretagne. Certaines d’entre elles comme Operation Mobilisation, Open Doors et Release International, se sont mobilisées, en faveur de la visite récente, dans le royaume d’une délégation de l’Église protestante d’Algérie, conduite par son président, le pasteur Mustapha Krim. Le 26 octobre dernier, le groupe rencontrait M. Burt. Une autre entrevue avec des parlementaires s’est tenue dans la même journée, au siège de l’Assemblée, en présence du public.

Les chrétiens d’Algérie se sont plaints des restrictions dont ils font l’objet dans la pratique de leur religion. Ils ont évoqué également des campagnes d’intimidation et de harcèlement judiciaire. Sensibles à leur condition, les députés qui ont assisté à la réunion se sont entendus pour déposer une motion auprès du Parlement, concernant l’ouverture d’un débat sur la violation de la liberté du culte en Algérie. Prenant les devants, Gregory Campbell a directement saisi le Foreign Office, qui a réagi par la voix d’Alistair Burt. Dans sa réponse, le ministre délégué a fait savoir que le gouvernement est au courant de la fermeture par les autorités algériennes de plusieurs lieux de culte dont les églises chrétiennes, non agrémentées. Cependant, ni lui, ni aucun autre représentant des autorités britanniques se sont hasardés à interpeller directement leurs homologues algériens, sur le sort des minorités religieuses dans le pays. 

M. Burt a révélé que le patron du Foreign Office, William Hague, au cours de son séjour en Algérie, il y a quelques semaines, a parlé avec ses hôtes de l’importance des réformes en général, "même s’il n’a pas évoqué la question des libertés religieuses spécifiquement". Néanmoins, le ministre délégué a indiqué que la Grande-Bretagne avait l’occasion d’exprimer ses préoccupations concernant les questions des droits de l’Homme et la liberté de croyance et de culte, à travers divers mécanismes comme l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne. Il a révélé, à ce propos, la création d’un sous-comité de dialogue politique entre l’UE et l’Algérie, qui s’occupe des questions de sécurité et des droits de l’Homme. Le sort de la communauté chrétienne aurait été évoqué au cours d’une première réunion tenue le mois dernier. Il est à noter que ce n’est pas la première fois que le problème des libertés religieuses en Algérie, est posé au sein du Parlement britannique.

En 2008, des députés avaient demandé au gouvernement travailliste d’intervenir en faveur de la protection de la minorité chrétienne, à la suite d’interpellations, la même année, d’individus, accusés d’évangélisation. 

Freedom House exhortée l’Algérie à organiser des élections 

L’ONG américaine a appelé l’Algérie à prendre des mesures permettant l’organisation d’élections libres et transparente, et a demandé au gouvernement de permettre au parlement de contrôler réellement l’appareil exécutif, et une justice plus libre.

Freedom House a précisé dans son rapport annuel sur l’étendue de la démocratie dans le monde, que "le parlement algérien doit être en mesure de contrôler les activités du gouvernement en toute indépendance". Il a qualifié d’insuffisantes les réformes des autorités. L’Organisation a indiqué le parlement algérien n’exerce aucun son rôle de contrôle du gouvernement. Aussi, Freedom House a appelé à prendre en considération les vives "recommandations" consignées dans la conclusion du rapport. L'ONG a également appelé à assurer des élections législatives libres, d'où émergerait un parlement capable de jouer le rôle de contrôleur dont il a la responsabilité. Le rapport exhorté également le gouvernement à garantir aux partis et aux candidats pleinement leurs droits. La levée de l’état d’urgence est jugée insuffisante par Freedom House si le gouvernement ne prend pas des mesures d’urgence permettant la création de partis et d’associations et aux militants d’exercer leurs droits politiques en toute liberté.

L’organisation dont le siège est à Washington considère que les libertés syndicales n’étaient pas garanties en Algérie. Les condition ne permettent pas aux syndicalistes et militants d’exprimer leurs préoccupations et l’organisation de protestations pacifiques. Le constat est fait sur la base de plaintes de syndicalistes, qui ont fait l’objet de "pressions" en raison de leur travail syndical dans différents secteurs. L’organisation exhorte par ailleurs le gouvernement à desserrer l'étau sur les libertés syndicales et autoriser l’activité syndicale, en autorisant les organisations d'activer sans entraves sur le terrain.

Clarifier le rôle des services de renseignement

En outre, Freedom House insiste sur la nécessité de "clarifier les pouvoirs des services de sécurité particulièrement des renseignements". Freedom House appelle à "assurer l’indépendance de la justice, et à protéger l’appareil judiciaire et organiser des formations pour les juges et au personnel de la justice". Le gouvernement est aussi invité à juger les responsables sécuritaires durant la période du terrorisme. Sur le plan économique, l’organisation non gouvernementale estime que le principe de transparence dans la gestion des affaires économiques n’est pas appliqué, et à appelé à appliquer la loi à ce sujet et à clarifier l’utilisation des deniers publics, la politique budgétaire et à déterminer les priorités de développement. A noter que le nouveau rapport de l’organisation Freedom House est revenu sur des dossiers qu’elle avait déjà abordé dans ses rapports à la fin des années 1990, notamment la clarification des pouvoirs des services de sécurité, l’indépendance de la justice et les libertés syndicales sachant que les rapports de l’organisation avait abordé durant les récentes années la situation de l’Algérie, politiquement, socialement et économiquement de manière plus "souple". Ce qui laisse penser que les rédacteurs du nouveau rapport ont été influencés par la situation dans la région arabe. Si l'on revient sur le cortèges d'observations et exhortations de cette ONG, on est fondé d'avancer que les libertés syndicales, religieuses et politiques sont loin d'être acquises dans notre pays.

Source Le Matin DZ, Liberté, Elkhabar S.L.-K

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires