Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:03

«Le logement aidé par l’Etat est donné au citoyen nécessiteux pour son usage personnel »….Il n’y a pas de petits profits...

logement promotionnel

 

Les logements Aadl octroyés à des gens ayant falsifié des documents pour en bénéficier seront récupérés par l’Etat. Une enquête est en cours pour démasquer les tricheurs qui seront expulsés de ces logements. C’est la justice qui tranchera cette question, a déclaré ce matin le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Nourredine Moussa.

De faux nécessiteux ont tiré des profits de ces logements en les louant à d’autres citoyens ! Le ministre de l’Habitat, Nourredine Moussa, reconnaît l’existence de cette pratique frauduleuse et promet de sévir pour démasquer les escrocs et récupérer les biens immobiliers en question.

«Malheureusement, aujourd’hui on relève qu’il y a des gens qui ont triché pour bénéficier de logements Aadl. Des couples ont fait de fausses déclarations et ont obtenu deux logements, il y a aussi d’autres situations de fausses déclarations», a-t-il admis. «Nous userons de tous les moyens de droit pour récupérer ce qui peut l’être. C’est la justice qui décidera.

Nous agissons par les voies légales pour que l’aide de l’Etat puisse profiter à ceux qui la méritent réellement. Les enquêtes sont en cours depuis le lancement du programme Aadl, nous travaillons pour que les choses soient bien menées», a-t-il déclaré, ce matin, sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale. Le logement Aadl, a-t-il tenu à rappeler, est «destiné aux ménages et non aux personnes». Ces stratagèmes malhonnêtes ont privé les vrais nécessiteux d’accéder à un logement, alors que d’autres en ont tiré des profits sur le dos du Trésor public. «Le logement aidé par l’Etat est donné au citoyen nécessiteux pour son usage personnel ».

Il n’est pas donné en tant que don à ce citoyen pour en disposer comme il veut, dans le sens où c’est un besoin spécifique», a insisté le ministre, promettant de sévir pour que l’aide de l’Etat ne soit destinée qu’à ceux qui la méritent. M. Moussa a en outre tenu à rassurer les citoyens ayant déjà payé la première tranche, dans le cadre de la même formule. «Tous ceux qui ont payé la première tranche auront leurs logements», a-t-il affirmé. Le nombre de logements construits n’est pas en mesure de satisfaire toute la demande. «Nous avons 183 000 demandes éligibles, pour seulement 25 400 logements. Ce n’est pas par discrimination que certains n’ont pas bénéficié de leurs logements, c’est parce que le programme ne pouvait pas satisfaire toute la demande. Il y a d’autres formules auxquelles les citoyens peuvent s’inscrire», a expliqué le ministre. Concernant les citoyens ayant déposé leurs demandes en 2001 et qui n’ont, jusque-là, reçu aucune réponse, le ministre leur a simplement demandé de patienter. «Il y a des dizaines de milliers d’Algériens qui attendent leurs logements et pas seulement ceux qui ont opté pour la formule Aadl.

Espaces communs squattés : la responsabilité des copropriétaires

Dans les immeubles, les lieux communs, notamment les caves, les cages d’escaliers ou les terrasses, sont transformés en habitation. Ce phénomène est visible particulièrement dans les grandes villes du pays. Sur cette question, le ministre de l’Habitat a estimé que la récupération de ces biens est la responsabilité exclusive des copropriétaires.«Les copropriétaires doivent s’organiser pour se constituer partie civile, afin de recouvrer leur bien commun. Ils doivent recourir à la justice, c’est la loi qui le dit. L’Etat ne peut être partout et dans tous les immeubles, dans toutes les cages d’escaliers... Ces parties communes appartiennent dans l’indivision à l’ensemble des propriétaires», a-t-il indiqué.

Lourdes sanctions contre les promoteurs en cas d’infractions

L’avant-projet de loi régissant l’activité de la promotion immobilière, adopté par le Conseil de gouvernement et qui va être incessamment débattu à l’APN, prévoit de lourdes sanctions à l’encontre des promoteurs immobiliers qui enfreignent la réglementation. «Le texte prévoit des sanctions administratives qui vont de la suspension pendant six mois jusqu’au retrait de l’agrément pour un certain type d’infractions. Il y a aussi des sanctions pénales. Un promoteur immobilier qui prend de l’argent sans contrepartie doit être puni. Un promoteur qui prend de l’argent sans être couvert par un contrat entre ce promoteur et l’acquéreur», a souligné, à cet effet, le premier responsable du secteur Nourredine Moussa.

Source Infosoir A.H.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires