Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 04:19

Une bonne place pour l’investissement

bna-algerie

 

La priorité à l’investissement se traduit dans ce projet de loi par nombre de dispositions relatives à la baisse des impôts.
Le projet de loi de finances (PLF) de 2013 est centré sur l’investissement. C’est ce qu’a soutenu, hier, le ministre des Finances, Karim Djoudi, lors de sa présentation du texte de loi à l’Assemblée populaire nationale (APN) en séance plénière. Tout en annonçant l’absence de nouveaux impôts, le ministre a précisé que le projet de loi “décharge le Conseil national de l'investissement des investissements inférieurs à 1,5 milliard de dinars contre un seuil de 500 millions de dinars actuellement”.
Dans le même temps, le projet propose l’habilitation des services des domaines pour fixer le montant de la redevance annuelle de concession et de décider de l’octroi des avantages financiers introduits par la loi de finances complémentaire de 2011. Il est aussi question d’exonérer des droits d’enregistrement, de la taxe de publicité foncière et de la rémunération domaniale les actes portant concession des biens immobiliers relevant du domaine privé de l’État, établis dans le cadre de la régularisation du patrimoine immobilier détenu en jouissance par les EPE et les Epic. Aussi et à propos des investissements des partenaires des entreprises nationales, ils seront, soutiendra le ministre, “exclus de l’obligation de réinvestissement de la part des bénéfices correspondant aux exonérations ou réductions accordées lorsque ces avantages consentis ont été injectés dans les prix des biens et services finis produits”. L’appui financier de la caisse de garantie des crédits d'investissement aux PME est élargi, selon le projet de loi, “aux entreprises dont une partie du capital est détenue par le Fonds d'investissement de l’État”.
Gré à gré pour les terrains destinés à l’investissement touristique
Le gouvernement veut débureaucratiser l’investissement dans le tourisme. C’est ainsi qu’à travers le projet de loi des finances, il propose l'octroi de gré à gré des terrains destinés à l'investissement touristique et situés dans les zones d'expansion touristique directement par le wali sur décision du Calpiref.
De leur côté, les entreprises spécialisées dans l’aquaculture profiteront, quant à elles, de l’expansion du périmètre des dépenses du Fonds national de développement de la pêche et de l’aquaculture pour inclure les aides à la promotion de cette filière au même titre que la pêche. Aussi et à propos de la simplification des procédures fiscales et douanières, la loi de finances prévoit la centralisation du paiement de la taxe sur l'activité professionnelle (TAP) par les contribuables domiciliés à la direction des grandes entreprises. Il est tout autant question de la facilitation des procédures d'exportation par l'institution du régime douanier intitulé le “draw-back”. Il faut dire que ce régime permet l’obtention lors de l'exportation de marchandises, du remboursement total ou partiel des droits et taxes ayant frappé l'importation des intrants de la production.
Les procédures de dédouanement connaissent à leur tour à la faveur de la loi des finances un “assouplissement”, de même qu’il est question de l’institution de la déclaration estimative simplifiée ou globale.
555 milliards de dinars pour les réévaluations des programmes en 2013
Le projet de loi de finances consacre un budget de 554,7 milliards de dinars pour les réévaluations des programmes déjà en cours d’exécution. C’est ce qu’a annoncé hier le ministre des Finances. “Cette enveloppe financière se répartit notamment entre la couverture des charges financières de la réévaluation des projets en cours d’exécution, avec un montant de 417,9 milliards (mds) de dinars, l’autorisation du programme de la route des Hauts Plateaux 96,6 mds de dinars ainsi que les travaux de la réhabilitation de l’oued El-Harrach avec 28,7 mds de dinars”, a lancé le ministre en plénière. Les projets en exécution ont été évalués à 13 884 mds de dinars à fin 2011, selon le ministre.

Source Liberté Nadia Mellal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires