Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 04:07

1000 milliards de plus qu'en 2013

faux-dinars.jpg

 

Des mesures incitatives pour des investissements au Sud sont contenues dans ce projet de loi.

Le projet de loi de finances (PLF) pour 2014, adopté la semaine dernière par le Conseil des ministres, permet la mise en oeuvre de la dernière tranche des dépenses d'équipement inscrite dans le programme quinquennal 2010-2014. Comme première remarque, il est à signaler que les dépenses projetées par le PLF 2014 sont de 7656,16 mds de DA, contre des dépenses de 6879,8 mds DA dans la loi de finances (LF) pour 2013, soit une hausse de 11,28%.

Plus de 4714,45 mds de DA de ces dépenses sont consacrés au fonctionnement, contre 4.335,6 mds DA en 2013, et 2941,71 mds de DA, contre 2544,2 mds DA en 2013, à l'équipement.

Les dépenses de fonctionnement projetées pour 2014 s'affichent ainsi en hausse de 8,7% par rapport à 2013 alors que celles d'équipement sont en hausse de 15,6%.

Les dépenses d'équipement sont réparties à raison de 2.050,34 mds de DA pour l'investissement et 891,36 mds de DA pour les opérations en capital. Pour ce qui est de l'investissement, les crédits sont répartis comme suit: «781,6 mds de DA pour les infrastructures économiques et administratives, 243,8 mds de DA pour l'Education et la Formation, 36,6 mds de DA pour la réalisation d'infrastructures socioculturelles, 203,5 mds de DA pour l'agriculture et l'hydraulique, 127,5 mds de DA pour le soutien de l'accès à l'habitat - 29,3 mds de DA pour le soutien aux services productifs, 8 mds de DA à l'Industrie, 65 mds de DA pour les PCD (Plans communaux de développement), 360 mds de DA pour des dépenses diverses».

Pour ce qui est des opérations en capital, elles portent sur, entre autres, «le soutien à l'activité économique (dotation des comptes d'affectation spéciale et bonification des taux d'intérêt): 661,3 mds de DA, le programme complémentaire au profit des wilayas: 70 mds de DA, provision pour dépenses imprévues:

160 mds de DA. Les autorisations de programme ont été plafonnées à 2 744,3 mds de DA contre un plafond de 2 240,2 mds DA en 2013. Ces autorisations couvrent le coût des réévaluations du programme en cours et celui des programmes neufs susceptibles d'être inscrits au cours de 2014.

Le déficit budgétaire prévu pour 2014 est de 3.438 mds de DA (45 milliards de dollars), contre un déficit de 3.059,8 mds DA en 2013. Le texte prévoit une croissance de 4,5% (contre 5% en 2013) et une inflation de 3,5% (4% en 2013).

Par ailleurs, la loi de finances prévoit des mesures particulières pour l'investissement dans les wilayas du Sud. En fait, l'investissement dans les wilayas du Sud a été une nouvelle fois concerné par des mesures de facilitation contenues dans cette loi: les jeunes promoteurs et les chômeurs de ces wilayas éligibles aux dispositifs Ansej, Cnac et Angem bénéficieront, en matière d'IRG, IBS et de la TAP, d'une prorogation à 10 ans de la période d'exonération fiscale. Certains projets relevant de ces trois dispositifs profiteront même d'une bonification à 100% du taux d'intérêt bancaire et ce, pour l'ensemble des wilayas du pays. Cependant, le cumul des avantages accordés par plusieurs dispositifs a été interdit par le nouveau texte. Pour le soutien de l'accès au logement, le Trésor public prendra en charge, sous forme de prêts et/ou d'avances sans intérêts, les financements de la CNL (Caisse nationale de logement) nécessaires à la réalisation du programme de 50.000 logements en location-vente. Le texte propose dans le même sillage de bonifier à 100% le taux d'intérêt des prêts accordés par les banques publiques dans le cadre de la réalisation du programme de 100.000 logements en location-vente. Les locaux commerciaux liés à ce programme bénéficieront en outre d'une bonification de 2,4% du taux d'intérêt.

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires