Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:59
La société civile à la rescousse

drogue-chez-les-jeunes.jpg

 

Initiée par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), une campagne nationale de lutte contre la drogue et la toxicomanie, notamment des jeunes, est lancée durant 2012 avec le concours de la société civile.
Informer, prévenir, sensibiliser les jeunes générations sur les dangers de la drogue dont la consommation progresse de plus en plus en Algérie, affecte toutes les couches sociales et est favorisée par la disponibilité et le faible coût des drogues, le développement des réseaux criminels, l’accumulation des frustrations, le chômage, la désespérance sociale… C’est la finalité de cette campagne, placée sous le slogan «Pour une Algérie vide de drogue», qui a démarré hier à partir de la wilaya d’Adrar et se poursuivra tout au long de l’année dans d’autres wilayas. Ainsi, des actions de proximité et de sensibilisation sont programmées à destination des jeunes, comme l’expliquait hier à l’hôtel El Djazaïr à Alger le promoteur de cette campagne, le président de la Forem, Mustapha Khiati. En vue de sensibiliser les jeunes sur les effets nocifs de l’oisiveté et «remplir leur temps libre», la Forem envisage, selon son président, de lancer une vingtaine de centres socioéducatifs (des cyberespaces, des bibliothèques et des infrastructures sportives) dans cette wilaya, organiser des rencontres dans les écoles et les zaouïas. En ce sens, la Forem fait appel à des «ambassadeurs de bonne intention», notamment la judoka Salima Souakri, le journaliste sportif Abdelhafid Derradji, le chanteur de rap Lotfi Double Kanon et l’universitaire, le Dr Fawzi Oussedik, pour parrainer cette campagne, au regard de leur capacité à influer positivement sur leurs comportements, les écouter, être proches d’eux. Une manière d’impliquer la société civile, au sens large, pour convaincre les personnes indemnes à rester en bonne santé physique et mentale et orienter les toxicomanes vers une prise en charge adéquate. Et cela d’autant que les actions répressives ne suffisent pas et que les pouvoirs publics manquent d’engagement concret, de volonté forte pour combattre ce fléau, comme le déplore tacitement le président de la Forem qui estime qu’«on ne peut pas convaincre en envoyant des casques mais en envoyant des symboles» et qu’«il faut agir». En outre, la Fondation lance une campagne d’affichage urbain, avec le concours de la compagnie d’assurances privée Alliance Assurances qui prendra en charge une trentaine de panneaux publicitaires et son P-dg, Hassan Khelifati, en appelle à la contribution du secteur privé.
Quelques chiffres sur la toxicomanie :
- 200 000 toxicomanes chroniques, selon l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLCDT).
- Un million de consommateurs occasionnels potentiels, selon la Forem.
- 30% des jeunes sont des consommateurs potentiels.
-13% des consommateurs se comptent parmi les élèves et étudiants.
- 4% des consommateurs sont des filles
.

Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires