Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:55

La Banque d’Algérie révise le droit de change

La-Banque-d-Algerie.jpg

La Banque d’Algérie va revoir les procédés de...

 

La Banque d’Algérie va revoir les procédés de convertibilité du dinar.

La polémique autour du marché parallèle des changes enfle chaque jour un peu plus.

Hier, c’était au tour du gouverneur de la Banque d’Algérie de réagir enfin aux propos du ministre de l’Intérieur quant à l’utilité du marché informel des devises, dans un contexte où le canal bancaire et légal a montré ses limites. Vivement interpellé par les députés sur la question, Mohamed Laksaci est non seulement revenu sur l’illégalité des transactions informelles, mais a évoqué les contours d’un début de solution.La première étant une révision du change. Le gouverneur de la Banque centrale a dans ce sens confirmé officiellement que son institution est en passe de revoir les procédés de convertibilité courante du dinar au profit des ménages. Autrement dit, il s’agit de réviser les plafonds de droit de change pour les particuliers pour couvrir études, soins à l’étranger, allocations touristiques, etc.

Une annonce qui pourrait satisfaire des ménages qui recourent le plus souvent au marché parallèle pour satisfaire leurs besoins. Toutefois, le gouverneur de la Banque d’Algérie ne précise pas à quel niveau pourraient se situer les nouveaux plafonds ni la nature exacte de la révision du droit de change. Le fait est que l’étude que la Banque d’Algérie a lancée il y a quelques mois est toujours en cours et que tout reste à définir. L’annonce de ce genre de mesures tend ainsi à apaiser une opinion qui attendait de manière pressante une réaction de l’autorité monétaire.

L’autre solution avancée par M. Laksaci concerne les bureaux de change dont l’activité est régie par deux directives (08-96 et 13-79) de la Banque centrale régissant les conditions de création et d’agrément ainsi que les missions de ce genre d’entité.
Le responsable a rappelé ainsi que l’activité des bureaux de change est autorisée par la loi depuis de nombreuses années. Ainsi, près d’une quarantaine de bureaux ont été agréés à l’effet d’effectuer des achats de devises auprès des particuliers au taux déclaré et de vente de devises au profit des banques agréées et de la Banque centrale. Cependant, certains des agréments ont été retirés pour cause d’infraction à la législation des changes. Pour le reste, l’activité de bureau de change ne semble pas attrayante à cause des marges qui demeurent très insuffisantes pour garantir le fonctionnement et la rentabilité d’une telle activité. A ce titre, la Banque d’Algérie se propose d’augmenter les commissions de 1%.

Il n’en demeure pas moins que malgré toute la bonne volonté affichée par l’autorité monétaire pour lutter contre le marché parallèle des devises via les bureaux de change, les cambistes informels bénéficient d’un gap de près de 50% avec le taux de change officiel pour attirer les fournisseurs potentiels de devises. Cela ne justifie en aucun cas l’existence de marchés tels que celui de Port-Saïd, interdits par la loi 96/22 qui prohibe formellement l’achat et la vente de devises en dehors du cadre légal constitué de banques et de bureaux de change. A ce titre, le gouverneur de la Banque d’Algérie a rappelé que ces marchés informels ouvrent la voie à la fuite des capitaux et à l’évasion fiscale.

Source El Watan Roumadi Melissa

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires