Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 11:10

Algérie - Lynchage raciste de Saïd Sadi, peut-on se taire ?

said-sadi.jpg

 

Quoi qu’on pense de Saïd Sadi, de ses opinions politiques, de son itinéraire personnel, de ses amitiés, de ses goûts et penchants philosophiques, idéologiques ou religieux

Quoiqu’on pense de la CNCD, des marches ou manifestations sur la voie publique en Algérie

De quelque bord politique qu’on soit, de quelque région d’Algérie d’où l’on vienne

On ne peut, on ne doit pas se taire sur le lynchage raciste dont Saïd Sadi est victime chaque samedi, dans la capitale: « Sale Kabyle », « Sale juif », « Français » « Kafir », « Retourne dans ton douar », « Houma dialna » « A mort Saïd Sadi » « Rentrez chez vous au bled sales kabyles » voilà les slogans honteux sortis de bouches de jeunes Algériens manipulés ou dangereusement inconscients.

Ceux qui tolèrent, suscitent ou profèrent de tels propos sèment la haine. Et c’est le pays entier, toutes ses régions et sensibilités confondues qui en récolteront les méfaits demain.

Nous pourrons vivre des épisodes encore bien pires que ceux que nous avons vécus lors de la décennie noire. La culture de la haine ethnique, aujourd’hui le Kabyle, demain le Chaouia, le mozabite ou le Tlemcénien, conduira à des déchaînements de violence insoupçonnés, que seuls des apprenti sorciers criminels assoiffés de pouvoir et dépourvus de tout sens patriotique sont capables de concevoir.

Veut-on remplacer le danger islamiste par la haine du Kabyle ? Prépare-t-on le terrain à des guerres fratricides entre algériens ? Ne faut-il pas s’interroger sur la persistance du terrorisme chez les Kabyles et les touaregs ainsi que des prétendus conflits religieux dans le Mzab ? Ceci n’obéit-il pas aux visées géostratégiques de ceux qui convoitent le pétrole et le soleil du Sahara. Et qui aimeraient bien s’appuyer sur un pouvoir algérien « stable » qui s’occuperait de l’éradication des touaregs, des kabyles ainsi que des Chaouias, des mozabites etc.…?

Chaque pouce de ce territoire est la propriété de tous les algériens, chaque quartier de la capitale est la propriété de tous les algériens. Car sans le sang de chacune de ses composantes ethniques (et celui des Kabyles entre autres), l’Algérie n’aurait ni de boulevards, ni de rues aux noms de Abane, Krim, Didouche, Amirouche, Haouès, Ben Mhidi, Ben Boulaid ou Colonel Lotfi.

Entretenir les haines, celles du kabyle, du démocrate, de l’islamiste, du laïque, du bourgeois, nous conduira à la balkanisation, à la Tchétchénisation de toute l’Afrique du Nord.De grâce, évitez-nous le pire. Sachons raison garder et acceptons-nous, dans nos différences et nos richesses respectives, dans une Algérie plurielle et tolérante qui permette enfin à notre jeunesse de regarder vers un avenir de fraternité, vers la justice sociale, la fin de la Hogra et de la régression sociale et culturelle.

Source Le Matin Dz Oudassou Bida,

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires