Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 09:56

«Le projet Renault-Algérie est en bonne voie»

Le-projet-Renault-Algerie.jpg

 

 «Le projet Renault-Algérie est en bonne voie», a affirmé, hier, M. Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, dans une déclaration à la presse en marge de l’inauguration du 1er Salon national inversé de la sous-traitance (SANIST).

Il se réfère, à cet effet, à sa récente visite en France qu’il a qualifiée de «positive» et de «très bénéfique», au cours de laquelle ont été abordés des dossiers particuliers et des perspectives de partenariat. «Les entreprises françaises ont admis les règles juridiques algériennes de l’investissement», a-t-il affirmé en déclarant pour lever toute équivoque sur la question ayant trait à un éventuel amendement de la réglementation régissant l’investissement, «j’avais parlé du climat d’investissement dans les règles juridiques où rien n’est annoncé. La seule chose qui est annoncée aujourd’hui c’est de travailler pour améliorer les règlements de fonctionnement. Mais dans les règles générales qui régissent l’investissement, rien n’est annoncé pour le moment».

M. Bouteflika a ordonné d’améliorer le climat des affaires

Concernant les négociations avec le constructeur français Renault pour l’implantation d’une usine de fabrication de voitures en Algérie, M. Benmeradi a indiqué que «le dossier Renault est un dossier très lourd. Il continue à avancer. Les négociations comprennent des aspects technologiques, économiques et commerciaux, a-t-il indiqué, en faisant savoir que des groupes de travail ont été mis en place. Ceux-ci sont en train d’avancer sur l’aspect technologique et commercial, le taux d’intégration et l’aspect économique porte, quant à lui, sur les facilitations et les encouragements que l’Etat algérien peut donner, notamment. «Nous sommes en train d’étudier tout cela point par point pour que le projet soit viable», a-t-il souligné. Revenant à sa récente visite, Benmeradi explique qu’elle avait pour but de débattre de certaines contraintes, qui ont été, à l’occasion, évaluées dans le sens de bâtir un partenariat avec les entreprises françaises. A ce titre, souligne-t-il, son déplacement à Paris, à l’invitation de l’ancien Premier ministre français et vice-président du Sénat, M. Jean Pierre Raffarin, a constitué une occasion pour rencontrer les représentants de quelque 180 PME françaises intéressées par l’investissement en Algérie.

«Nous avons discuté avec eux. Je leur avais annoncé que le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a donné ordre au gouvernement de travailler au cours des prochains mois pour améliorer le climat de l’investissement de manière générale», a-t-il précisé.

L’Algérie importe 3 milliards d’euros de pièces détachées

Sur un autre registre, le ministre de l’Industrie a laissé entendre que l’Etat continuera à soutenir les sous-traitants pour développer un tissu industriel national performant, dans le but de mettre un lien direct entre «les receveurs d’ordre et les donneurs d’ordre» afin de participer à une meilleure intégration de l’industrie nationale. A cet effet, le gouvernement a pris, a-t-il dit, une série de mesures visant à contribuer au développement de la compétitivité des entreprises de sous-traitance telles que l’augmentation de la préférence nationale dans l’octroi des marchés publics à 25% et la mise en place de mécanismes permettant d’obtenir des projets sous forme de gré à gré. L’Etat a également décidé d’aider les entreprises de sous-traitance, possédant un potentiel, à normaliser et à certifier leurs produits et augmenter ainsi leurs parts du marché, a-t-il dit. Des aides financières seront également accordées à ces firmes en vue de s’agrandir et de faire face à la demande nationale. «Des chiffres sont avancés çà et là et qui démontrent que nous importons pour 3 milliards d’euros de pièces détachées chaque année. Le groupe Sonatrach reconnaît lui-même que moins de 1% de ses équipements sont fournis par la sous-traitance nationale», a-t-il souligné.

A propos de la réorganisation des guichets uniques au niveau des antennes de l’Agence nationale du développement de l’investissement (ANDI), M. Benmeradi a expliqué que son département ministériel «est en train d’élaborer un dispositif qui permettrait à ces guichets de jouer un rôle et ne plus continuer à être de simples boîtes aux lettres dépourvues de tout pouvoir décisionnel». Il faut dire que la 1ère édition du Salon national inversé de la sous-traitance, placé sous le haut patronage du président de la République revêt un intérêt économique évident pour le secteur industriel et les services, étant donné qu’il réunira pendant quatre jours les principaux opérateurs économiques nationaux. Cet événement organisé par la Chambre de commerce et  d’industrie en partenariat avec le département de l’Industrie est le premier du genre en Algérie.

Source Horizons Karima Alloun.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires