Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 07:46

Oueds, hammams, à défaut de piscine

Oueds-hammams-a-defaut-de-piscine.jpg

 

Moyens - Les jeunes et les moins jeunes jettent leur dévolu sur les oueds, les sources thermales et les plans d’eau disséminés çà et là pour «piquer une tête».

Les eaux de l’oued Ksob, au cœur d’un site féerique situé à 10 km au nord de cette ville, non loin du barrage éponyme, sont devenues le lieu de prédilection des jeunes gens et des enfants.
Ici, l’eau limpide du cours d’eau et le magnifique décor naturel «consolent» les M’silis et leur offrent des moments de détente et de relaxation, en attendant la réalisation de piscines dans une ville où vivent quelque 200 000 habitants.
Sur la rive gauche de l’oued Ksob, en contrebas, l’eau thermale soufrée de Hammam Belaribi, avec son haut débit et sa température modérée, supportable même en période de fortes chaleurs, est l’autre endroit que les jeunes investissent pour s’initier à la natation.
La végétation luxuriante au milieu d’un décor désertique, la douceur du microclimat ainsi créé et les vertus thérapeutiques prêtées aux eaux jaillissant des entrailles de la terre, font de Hammam Belaribi un lieu de loisirs très prisé.
Non loin de Hammam Belaribi, une mare d’eau profonde, semblant avoir été créée par la nature spécialement pour les nageurs avertis, est également très prisée par les jeunes de la capitale du Hodna. L'affluence, en cette fin du mois de juin, va crescendo.
Le paysage naturel et l’horizon infini donnent à ce plan d’eau quelque chose de magique, d’envoûtant.
La fraîcheur de l’eau et l’enchevêtrement des arbres tout autour, confèrent un charme inouï à l’endroit. Dans ce bassin alimenté par l’oued Ksob, conçu à l’époque coloniale pour l’irrigation des jardins alentour, des enfants s’adonnent aux loisirs aquatiques et à la natation. Insensibles aux risques liés à la baignade dans des zones polluées et où les plans d’eau pourraient être toxiques, de jeunes téméraires n’hésitent pas à effectuer des plongeons acrobatiques depuis un perchoir en béton.
D’autres jouent le rôle de maître-nageur en initiant les enfants à la natation. Dans cette wilaya des Hauts-Plateaux, à prédominance steppique et au climat semi-aride, il n’existe qu’un unique bassin de baignade, une piscine semi-olympique réalisée pour les compétitions et non pas pour la baignade de loisir, littéralement prise d'assaut par les jeunes, non seulement de la commune de M'sila, mais également d'autres communes voisines, en quête d’un brin de fraîcheur.

Source Infosoir R. L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires