Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 04:45

Algérie - Afrique du Sud- Le départ Ben Bella, l'arrivée Mandelanelson-mandela.png

 

L'Afrique du Sud vient de prouver qu'elle se porte mieux que l'Afrique. Le Mondial y a été une réussite, on ne s'y est pas battu à coups de machette, la jungle n'a mangé personne et le monde sauvage sait jouer au ballon ou au moins l'applaudir et offrir des stades magnifiques qui se parlent par-dessus les montagnes du trop vaste pays. Ce pays est donc un pays à retenir pour rêver. Zoom sur le grand lot de terrain local : qu'aurait-il fallu vivre et faire pour que l'Afrique du Nord habite le même étage des évolutions que l'Afrique du Sud ? Quelques actes majeurs et fondateurs. On s'imagine une sorte de scénario avec un Mandela algérien qui affronte, dès les premiers jours de l'indépendance, l'armée des frontières et ses colonels, en leur disant, près d'Aïn Defla où les premiers hélicoptères algériens ont tiré sur les premiers algériens morts après l'indépendance : «Prenez vos armes et vos couteaux et jetez-les à la mer». On s'imagine alors ce fameux bon départ : les colonels auteurs d'un coup d'Etat avant la création de l'Etat qui obéissent, rangent les armes, s'occupent des fermes et laissent aux Algériens le choix de décider de leur démocratie. On s'imagine ce même Père de la nation, ce Madeba imaginaire, pharmacien d'origine ou simple avocat, être élu à la Présidence, faire le choix d'un pays à l'économie libre et à la démocratie réelle, ne chasser aucun Français ni aucun Juif algériens, ni personne d'autre, et demander à tous de construire le pays au lieu de le quitter. On s'imagine alors cet homme expliquer que l'Algérie nouvelle est pour tous, que c'est le pays de l'arc-en-ciel et pas seulement du Croissant, et que tous ceux qui y sont nés y ont droit à la racine. Quelques années plus tard, au lieu de se faire culbuter par un colonel ou de garder le Pouvoir jusqu'à la mort et la haine du peuple, Mandela se retirera donc pour consacrer l'alternance et se consacrera aux enfants victimes des mines et à la lutte contre la corruption. Il n'aura pas «nationalisé» les terres au profit des bras cassés, ni cassé la classe moyenne au nom de l'égalitarisme et du socialisme, ni ravagé des régions au nom de l'industrialisation, ni tué un opposant ou un ministre de l'Intérieur, ni interdit les partis et la presse et l'audiovisuel libre, ni poussé le peuple à la paresse et à la ruse en le nourrissant au pipeline. Fort de son histoire, respecté pour ses hommes, craint pour sa force et admiré pour ses choix, le pays local aurait pu bien finir, avec une sacralisation de l'effort, une haine du coup d'Etat, un choix de la démocratie, une gestion saine du régionalisme et un respect pour le patronat honnête et la création de l'emploi et de la roue.

Sans le poids des anciens (les martyrs seront payés par Dieu et les survivants ne mangeront pas la terre mais la partageront), commandant à l'armée et pas le contraire et soumettant les «services» au lieu d'en dépendre, l'héritier élu de Madeba aurait donc continué le chemin du ciel, expliquant que l'identité n'est pas dans la langue mais dans l'avenir, qu'être algérien n'est pas une honte face au Moyen-Orient, mais une affirmation face au monde, que nous avons un pays avec plusieurs fenêtres et dix mille cultures, contrairement à d'autres, et que la religion ne doit pas servir à cacher le visage dans la barbe mais à aller plus loin que la vie, pendant la vie et pas après la mort. Enrichi, protégé et construit, le pays aurait servi de modèle, sa diplomatie ne serait pas réduite à un avion qui propose du pétrole et des fichiers de terroristes et son équipe national aurait exporté des joueurs et on aurait pu organiser la Coupe du Monde et y être candidat sans ridicule. Bien sûr, on dira que la colonisation en Afrique du Sud n'a pas été la même que celle de l'Algérie, que la guerre et le maquis y ont imposé des choix, que ce n'est pas la même histoire, mais n'empêche, on a commis de terribles erreurs et ceux qui les ont commises sont encore vivants, ne se sont pas excusés et continuent à nous traiter comme un peuple douteux. C'est pourquoi on ne peut pas organiser la Coupe du Monde mais seulement de fausses élections et quelques festivals de plastique.
Source Le Quotidien d'Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires