Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 06:33

Le 1er mai en Algérie - L’UGTA, le grand absent

le-siege-de-l-UGTA.jpg

 

En ce 1er Mai 2011, la radio officielle a volé au secours du syndicat officiel. On pouvait alors entendre un cadre de la “Centrale” surenchérir au sujet des dernières augmentations de salaires. L’UGTA veut plus : la défense du pouvoir d’achat et la maîtrise de l’inflation par l’État.

À l’approche de la “Fête du travail”, l’Union se plaignait de son propre silence. Et pour cause, aucune partie n’a eu besoin de l’entremise du syndicat “public”. Pas même le pouvoir ! Il est révolu, provisoirement peut-être, le temps où l’UGTA arrivait en pompier, avec un petit acquis sous le bras, s’achetait une représentativité pour avoir été chargée de la livraison de la concession accordée par le gouvernement au personnel frondeur.

La fonction même d’obstacle à la pluralité, à l’autonomie et la démocratie syndicales n’a plus de raison d’être depuis janvier dernier. Le contexte politique régional a mis le pouvoir en devoir de répondre directement aux revendications de la base. Dans ce dialogue direct entre le pouvoir et la rue, le pouvoir, contraint de réagir dans l’urgence, pour éviter que les motifs et les sources de troubles ne s’accumulassent, répliquait par les deux seules manières qu’il connaît : la répression policière ou la concession financière. Depuis, cette forme d’échange s’est répandue, jusqu’à ce 1er Mai marqué par l’empêchement musclé d’un rassemblement initié par une association de jeunes chômeurs.

Dans le secteur économique public et dans la Fonction publique, la question des salaires a été longtemps conçue comme une prérogative indiscutable de l’autorité politique, obéissant à la seule contrainte budgétaire. C’est dans ce contexte que le syndicat unique devait puiser les éléments de sa légitimité, notamment en faisant passer les relatives avancées sociales octroyées par le gouvernement comme le fruit d’un dialogue social. La tripartite avait pour rôle d’institutionnaliser ce semblant de dialogue social, de lui donner un caractère global et national, et, enfin, de le transformer en pacte social qui figerait la relation sociale entre employés et État-employeur.

Le syndicalisme rentier se justifiait donc, jusqu’ici, aux yeux du pouvoir, par sa participation au maintien de la paix sociale à moindre frais. Mais toute l’énergie mise à empêcher l’éclosion d’une démocratie syndicale s’est avérée dérisoire quand le contexte politique a fait que les revendications catégorielles ont débordé le cadre établi par la gestion autoritaire des questions socioprofessionnelles.

En trois quatre mois, l’UGTA, exclue de la vie sociopolitique, n’a produit un acte public : une déclaration, cosignée avec le… Parti des travailleurs, de soutien à la dispense de taxe aux producteurs et commerçants de sucre et d’huile. Ce qui était plus près d’être un cadeau aux importateurs et grossistes qu’aux travailleurs.

L’UGTA n’aura été pour rien dans les décisions du Conseil des ministres du 22 février, comme elle n’aura rien fait pour éviter au gouvernement d’être contraint à un tel effort budgétaire. Elle n’aura satisfait ni à sa vocation sociale de syndicat ni à son fonction politique d’“organisation de masse”.

C’est pour cela qu’elle n’a pas manqué en cette “Fête du travail”.

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires