Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 07:27

La manifestation étouffée par la police

marche-etouffee-par-la-police.jpg

 

C’est devenu une habitude depuis plus d’un mois. Chaque samedi, Alger la Blanche change de couleur et revêt le costume bleu foncé de la police. Déterminé à maintenir l’interdiction sur les manifestations publiques dans la capitale, le pouvoir a fait, hier encore, dans la démonstration de force.

Pour empêcher la marche à laquelle a appelé la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), il n’a pas lésiné sur les moyens. Le décor est planté dès les premières heures de la matinée. La place du 1er Mai, d’où devait s’ébranler cette marche, est quadrillée. Plusieurs dizaines de policiers et de véhicules antiémeute encerclent les lieux.

Les principaux axes routiers menant vers cette place sont rigoureusement surveillés. Formant des haies sur plusieurs dizaines de mètres, de nombreux policiers bloquent l’accès vers l’arrêt de bus de l’Entreprise de transport urbain (Etusa) et celui des taxis situé à proximité.

Les placettes mitoyennes avec l’hôpital Mustapha Pacha ont été également fermées à l’aide de barrières de sécurité. Seule la chaussée est laissée ouverte à la circulation automobile. Le dispositif étant mis en place, les policiers, boucliers et matraques à la main, attendent, sous une pluie battante, l’arrivée des manifestants prévue à 11h.

Mais ils arrivent un peu tôt. 10h40, environ 150 manifestants font leur apparition sur les lieux. Parmi eux, le président du RCD, Saïd Sadi, et l’infatigable Ali Yahia Abdennour. Aussitôt, les policiers accourent vers eux. Encerclés, les deux hommes sont vite conduits vers l’entrée principale de l’hôpital Mustapha. Après avoir réussi à isoler les deux leaders de la CNCD, les forces de l’ordre reviennent pour disperser les manifestants. Ces derniers tentent d’abord de forcer le cordon de policiers, en vain.

Chargés par les policiers, ils répliquent par des slogans hostiles au pouvoir et demandent un changement du système. «Pouvoir assassin», «Y’en a marre de ce pouvoir» et « Djazaïr, houra, democratia (Algérie libre et démocratique)», scandent-ils. Chassé de la place du 1er Mai, un groupe de manifestants improvise une petite marche vers le quartier de Belouizdad. Ils n’ont quitté les lieux que vers 12h.

Un fait nouveau : les «baltaguia» du régime n’ont pas fait leur apparition cette fois-ci. Les autorités auraient-elles compris enfin le danger de la division de la société algérienne ? Possible. Par ailleurs, selon des responsables du RCD, la police a tout fait pour empêcher Saïd Sadi et Ali Yahia Abdennour d’arriver la place du 1er Mai.

Le véhicule qui transportait les deux hommes d’El Biar vers le lieu de la manifestation a été suivi par la police puis endommagé. «Ils ont (les policiers) fait en sorte à ce qu’ils n’arrivent pas à la place du 1er Mai. Le véhicule qui transportait les deux hommes a été percuté par une Polo de la police et endommagé», explique Boubekeur Darguini, député du RCD. Réagissant à l’interdiction de cette marche, le Mouvement des jeunes indépendants pour le changement (MJIC), une organisation née il y a deux mois, dénonce vigoureusement l’attitude des autorités. «Le Mouvement des jeunes indépendants pour le changement a suivi avec indignation la répression qui s’est abattue sur les citoyens qui se sont rendus ce matin à la place du 1er Mai pour marcher pacifiquement, demandant le départ du régime», affirme le MJIC dans un communiqué adressé à notre rédaction.

L’organisation, ajoute-t-on, «dénonce avec vigueur le recours systématique des autorités à la répression pour étouffer tout mouvement de protestation et condamne la brutalité utilisée par les agents de l’ordre contre les manifestants».  

Communiqué de la coordination nationale pour le changement et la démocratie :

La CNCD tient à saluer, une nouvelle fois, les citoyennes et citoyens qui ont répondu à l’appel de la cinquième marche qui devait s’ébranler de la place du 1er Mai à celle des Martyrs, malgré les interdictions, la désinformation des médias lourds, les recrutements ostentatoires des baltaguis et la répression des forces de sécurité qui s’est traduite par des blessés, parmi eux, une parlementaire et de nombreuses interpellations.

Cette nouvelle marche du 12 mars est un nouveau message de détermination des citoyens qui activent quotidiennement sur le terrain.

Les manœuvres de déstabilisation de la CNCD par les tentatives d’instrumentalisation de certains de ses membres qui viennent de lancer un nouveau parti politique pour le maintien du système sont la démonstration que le régime ne cherche que sa reproduction. Les patriotes algériens lutteront de toutes leurs forces contre toutes les manœuvres visant à pérenniser le système. Leur mobilisation a un but : le changement radical du système et non le changement dans le régime.

Source El Watan Madjid Makedhi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires