Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 06:21

Au secours, la fripe est de retour!

friperie-informel.jpg

 

Après leur inquiétant silence sur l’importation des médicaments contrefaits, ces élus du peuple autorisent l’importation du «chiffon» qui porte atteinte à la santé publique.

Mais à quels lobbies obéissent nos députés? Bizarre est le comportement des élus envers leurs électeurs. Alors que la société bouillonne, à travers les nombreux mouvements de protestation, les députés viennent de voter une loi autorisant l´importation de la friperie! Profitant du passage de la loi de finances complémentaire 2011 sous forme de projet de loi, les députés ont apporté un amendement dans le rapport complémentaire portant réintroduction de l´importation de la friperie.
Parmi les 8 nouveaux articles, les 12 amendements introduits, la commission des finances de l´APN a accepté l´amendement apporté, notamment par des députés indépendants, sur le sujet en question. Il a été voté, hier, par la majorité des députés présents à l´hémicycle. En 2009, le gouvernement avait décidé d´introduire un article de loi dans les dispositifs de la loi de finances 2009 interdisant l´importation du «chiffon». Le gouvernement avait justifié sa démarche par, entre autres, deux arguments en béton. Le premier s´inscrit dans le souci de préserver la santé publique. Ces «vêtements» portent atteinte à la santé des citoyens. Le second argument vise à protéger la production nationale et lutter contre l´informel.
Et voilà les élus du peuple qui défient le gouvernement en tournant le dos au peuple. Il faut le dire, comme à leur habitude, ils ratent l´occasion de comprendre les citoyens. Dans une conjoncture pareille, des questionnements méritent d´être soulevés. Ces mêmes députés n´ont pas bougé le petit doigt pour demander une enquête parlementaire, garantie par la Constitution, sur les dangereuses et inquiétantes révélations du directeur général des Douanes.
Mohamed Abdou Bouderbala a tiré la sonnette d´alarme avant-hier en annonçant l´existence, sur le marché, de médicaments contrefaits! C´est ce qui constitue une menace directe pour la santé publique. Malheureusement, à cette menace, les députés viennent d´en rajouter une autre en autorisant l´importation du «chiffon».
C´est la preuve que la santé publique est leur dernier souci! Pour qui roulent ces députés? L´éthique a-t-elle cédé devant le bakchich et les intérêts personnels? Pour les observateurs, les grandes affaires polluent l´institution législative algérienne.
La réintroduction de la friperie n´a constitué, à aucun moment, une revendication populaire. Elle n´est pas, non plus, imposée par la conjoncture sociale. Qui sont-ils, alors, ces barons qui se cachent derrière elle? Pourquoi attendre ce moment précis pour «glisser» un petit article de loi aux grands enjeux financiers? Sur cette question, Ramdane Taâzibt, député du Parti des travailleurs dont le groupe parlementaire a décidé de s´abstenir, n´a pas caché son étonnement et sa surprise sur une telle loi.
Dans une déclaration à L´Expression, il a soutenu que l´Etat a dégagé une enveloppe de 2 milliards de dinars pour le secteur du textile afin de protéger la production nationale. Et d´ajouter qu´une telle démarche vise, également, à régulariser le marché informel en imposant une concurrence déloyale.
Dans un communiqué rendu public après l´adoption de la LFC 2011 par l´Assemblée, le parti de Louisa Hanoune a annoncé qu´il s´oppose à quelques décisions du gouvernement figurant dans cette loi de finances tels la suppression des taxes douanières et la TVA pour l´huile et le sucre, l´utilisation de l´argent public par des entreprises privées ainsi que l´amendement portant réintroduction de l´importation de la friperie.
Dans un autre registre, le ministre des Finances, Karim Djoudi, a souhaité que le soutien des prix des produits alimentaires de base et l´aide de l´Etat pour l´acquisition de logements pourraient diminuer le risque d´inflation.
Pour M. Djoudi l´augmentation des salaires engendrera directement celle de la demande. C´est ce qui peut influer sur les prix, a-t-il soutenu. Et d´espérer «que le soutien des prix et les incitations pour l´acquisition de logement vont faire que l´inflation ne dépasse pas les 4%», a-t-il répondu à une question de L´Expression. Sollicité à donner plus de précisions sur l´inflation qui pourrait intervenir pendant le mois de Ramadhan, le ministre reconnaît que ce mois sacré obéit à des «caractéristiques particulières».
A propos du déficit budgétaire, le ministre des Finances a déclaré qu´en 2010 il a été couvert en partie, à hauteur de 700 milliards de DA, sur le Fonds de régulation des recettes (FRR). Pour la LFC 2011, il prévoit un déficit budgétaire de 4693 milliards de DA contre 3355 milliards dans la loi de finances initiale, soit une dotation additionnelle globale de 1654 milliards de DA. Interpellé sur une nouvelle mesure introduite dans le texte par l´APN, autorisant les bénéficiaires de logements sociaux participatifs (LSP) à les vendre à condition de restituer à l´Etat la totalité de l´aide accordée à cet effet, M. Djoudi a expliqué que le gouvernement «est respectueux des amendements du Parlement». «Notre objectif majeur est de résoudre le problème du logement», soulignant qu´il n´était pas concevable de faire bénéficier une personne, ayant déjà cédé son logement acquis dans le cadre du dispositif LSP, d´une nouvelle aide de l´Etat.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires