Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 20:38

Algérie - Maroc, Rapprochement ou simple pacte de conjoncture ?

degel algerie maroc

 

Les relations algéro-marocaines connaissent, depuis quelques semaines, sinon une franche normalisation, du moins une certaine détente. Au niveau diplomatique et politique, le ton est assez conciliant en tout cas, des deux côtés des frontières.

Une décrispation qu’illustre, côté algérien, la dernière déclaration de Abdelaziz Bouteflika, le 17 avril dernier à Tlemcen où il était en visite officielle.

Sans «raison apparente», Bouteflika lancera un inattendu «il n’y a aucun problème entre l’Algérie et le Maroc. Le problème du Sahara est un problème onusien. Le Maroc est un pays voisin et frère. Il faut coopérer et nous devons coopérer ». Cette déclaration, Bouteflika l’a faite alors qu’il inaugurait un site culturel. Et pour qui connaît l’homme, il ne dit jamais rien pour rien, contrairement aux apparences. Une sortie certainement calculée mais dont il reste difficile, pour le moment, de saisir l’objectif. Entre Alger et Rabat, les visites au niveau ministériel sont de plus en plus fréquentes. La coopération est même effective dans deux domaines, au moins : l’agriculture mais surtout l’énergie.

Mais est-ce, pour autant, un pas de franchi vers une normalisation réelle et irréversible entre les deux pays ? Nul ne peut l’affirmer de manière tranchée même si quelques signes plaident en faveur d’une évolution dans les rapports bilatéraux. Mourad Medelci aura même comme brisé un tabou en affirmant sa conviction «que les frontières entre l’Algérie et le Maroc ne peuvent rester éternellement fermées». Ce problème des frontières, éternel point de discorde entre l’Algérie et le royaume chérifien, imbriqué en plus dans le problème sahraoui, est un dossier si lourd qu’il est difficile de dépasser par de simples déclarations diplomatiques. Aussi «mielleuses» soient-elles.

Le Maroc n’a jamais cessé de réclamer la réouverture des frontières, unilatéralement fermées par l’Algérie en 1994, à la suite des accusations de Rabat imputant aux services algériens la responsabilité dans l’attentat terroriste qui avait ébranlé Marrakech la même année. Hassan II imposera même le visa pour les Algériens et se saisira de l’opportunité de cet attentat qui s’avéra être l’œuvre des islamistes, pour accentuer les pressions internationales sur une Algérie qui subissait, à cette époque-là, l’enfer terroriste, aggravé par une crise économique et un isolement international sans précédent.

Pis encore : Khaled Nezzar, alors ministre de la Défense nationale et membre du Haut-Comité d’Etat, en visite au Maroc, sur invitation du roi, après que les services algériens eurent localisé avec précision le chef du GIA, Abdelhak Layada, et des éléments à lui, sur le sol marocain, sera surpris par cette phrase du souverain : «La sécurité est un tout» ! Hassan II ne s’embarrassant pas de formules pour exercer un chantage clair sur son invité, au sujet du Sahara occidental.

Résultat : Layada ne sera pas livré de suite aux Algériens, ce qui se traduira, sur le terrain, par des milliers d’autres victimes fauchées par la machine terroriste que l’extradition du chef du GIA aurait pu empêcher. Mais cet égoïsme, le royaume le payera cher au plan économique. La fermeture des frontières se traduira, chez nos voisins de l’Ouest, par des pertes sèches, directes et indirectes. Pour un pays qui vit essentiellement de son agriculture et surtout grâce au secteur du tourisme et des services, se priver de ces centaines de milliers d’Algériens qui s’y rendaient quotidiennement depuis l’ouverture des frontières en 1988 s’était vite fait ressentir. La région Est du Maroc, la moins nantie et développée que l’ouest, et ses grands pôles urbains perdaient, depuis, une opportunité inespérée et qui se fait ressentir à nos jours. A tel point que bien de projets d’investissement seront «gelés» en attendant cette réouverture.

Ceci étant, autre objet de litige concernant les frontières entre les deux pays, celui du bornage. En raison du problème sahraoui, mais pas que cela. Les Marocains n’ont jamais abandonné, en effet, leur prétention territoriale sur une bonne partie de l’Ouest algérien. D’où la guerre dite des «sables» dès l’indépendance de l’Algérie. Et cette situation exceptionnelle fait que, de nos jours, les frontières sont certes respectées de part et d’autre sans pour autant procéder au bornage officiel avec dépôt à l’ONU. C’est dire que les objets fondamentaux des litiges permanents entre les deux pays sont toujours là, entiers. Qu’est-ce qui pourrait expliquer alors ces déclarations «d’intention» de rapprochement entre Alger et Rabat ? Sans doute, la nouvelle situation au Maghreb, qui a subi de brutales évolutions en Tunisie d’abord et en Libye ensuite, expliquent grandement ces repositionnements.

L’Algérie a certes intérêt à stabiliser son front Ouest pour se parer à toute éventuelle «mauvaise surprise» du côté Est. Les deux pays subissant par ailleurs les mêmes vagues de contestation au niveau interne, tant au plan politique que social, peuvent être amenés à une sorte d’alliance de conjoncture. Car le Maroc de 2011 n’a pas vraiment intérêt à avoir affaire à une Algérie secouée par une révolte à la tunisienne, à la libyenne, voire même à l’égyptienne sans risquer d’en pâtir à son tour.

Source Le Soir d’Algérie K.A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires