Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 07:00

Algérie – Maroc - Des défis à relever

algerie maroc

 

Tendues depuis plus de deux décennies, les relations entre l’Algérie et le Maroc semblent prendre une nouvelle tournure. Ainsi, il a été décidé, à l’issue de la rencontre qui a réuni les ministres des Affaires étrangères des deux pays, de tenir des réunions bi-annuelles d'évaluation de la coopération. Il est aussi question de la mise en place d'un mécanisme de suivi au niveau des deux gouvernements.

Le chef de la diplomatie marocaine a indiqué qu'à l'issue des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères algérien, il a été décidé de tenir des réunions bi-annuelles d'évaluation de la coopération, suggérant aussi la mise en place d'un mécanisme de suivi au niveau des deux gouvernements. Saâd-Eddine El Othmani a également fait état de la suggestion de convoquer une réunion de la haute commission mixte de coopération dans le courant de 2012, rappelant que cette commission ne s'était pas réunie depuis 1994.
Le ministre marocain des Affaires étrangères a affirmé que «le dépassement des obstacles au développement des relations politiques et économiques à tous les niveaux avec l'Algérie constitue la priorité des priorités» pour son pays. «C'est une première prise de contact et, avec le temps, nous espérons apporter des réponses à toutes les questions posées actuellement», a-t-il dit, soulignant que des canaux de dialogue «transparents» seront ouverts entre les deux pays concernant les points de divergence.
El Othmani a mis l'accent sur la nécessité de procéder à une évaluation de la coopération bilatérale en vue de sa diversification et son élargissement à d'autres secteurs, notamment l'enseignement supérieur, la recherche scientifique et l'éducation. «Nous encourageons aussi la coopération entre les parlementaires, les hommes d'affaires et les associations de la société civile des deux pays pour établir des mécanismes de coopération solides et stables», a-t-il ajouté.
A une question sur le trafic de drogue aux frontières des deux pays et l'expropriation des Algériens résidant au Maroc, El Othmani a indiqué que «cette question avait fait l'objet de discussions entre les deux parties dans le passé avant qu'elles ne s'interrompent». Il a précisé que ces questions seront à l'ordre du jour des rencontres devant réunir les responsables des deux pays «afin de les examiner et de trouver des solutions».
De son côté, Mourad Medelci s'est félicité de la «nouvelle impulsion» que connaît la coopération entre les deux pays, la qualifiant de «renaissance». Sur la question de la réouverture de la frontière algéro-marocaine, le chef de la diplomatie algérienne a souligné que son traitement doit s'inscrire dans le cadre d'une «vision globale».
«Le gouvernement algérien considère le développement des relations avec le Maroc comme une de ses priorités, ainsi que la question de la réouverture de la frontière, qui devront être traités dans le cadre d'une vision cohérente et globale», a-t-il déclaré. Il a ajouté à ce propos que l'Algérie et le Maroc sont devant des «défis à relever», affirmant que les deux pays sont animés d'une «forte volonté» de coopération dans tous les secteurs. «Ces défis nous imposent des efforts supplémentaires exceptionnels», a-t-il dit, estimant qu'«il y a une solution pour chaque problème». Medelci a indiqué, d'autre part, que la question du Sahara occidental «n'a pas été abordée par les deux parties».
Medelci a précisé, par ailleurs, que les deux parties ont abordé dans leurs entretiens la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), prévue à Rabat le 17 février prochain. Il a qualifié cette rencontre d'opportunité pour réactiver l'UMA, en tenant compte des orientations des dirigeants des pays membres.

Source Infosoir Synthèse A.B.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires