Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 06:50

Le prétexte de “la consonance algérienne”

Algerie-attentat.jpg

 

D’autres prénoms, comme Saddam, Khomeiny, Seïf El-Islam, Sandra, houdayfa, Laëticia, Camille, Matteo, Maxime… sont acceptés sans encombre par l’état civil.
Plusieurs cas de refus de prénoms amazighs par l’état civil ont été rapportés par la presse ces dernières années. Ce refus ne touche pas uniquement une région particulière. Des exemples viennent des quatre coins du pays, même si dans certains cas, les citoyens, par peur de représailles et sous l’effet de pressions, évitent de rendre publique l’affaire, ce qui rend le travail de statistiques difficile. Toutes ces affaires liées au refus d’inscrire des nouveau-nés sous des prénoms amazighs sont souvent traitées par la justice. Ainsi, ce sont les procureurs de la République qui décident des suites à donner aux requêtes des citoyens.
À Oran, le prénom Massiva a été interdit. Le père de la petite ne voulant pas céder devant l’intransigeance de l’administration a dû mener un combat de longue haleine pour inscrire, enfin, sa fille, et ce, après cinq années d’attente. Ainsi, la petite Massiva a vécu une partie de son enfance sans un prénom officiel.
Ses parents, avec l’aide du HCA, ont été obligés de reprendre les démarches auprès de la justice et de l’administration pour l’inscrire afin qu’elle puisse faire son entrée à l’école.
À Batna, plus précisément à Aïn Touta, le père des jumeaux Gaïa et Micipsa ont été privés de prénom par l’administration de leur région de naissance. Même procédure que le père de Massiva, le paternel de Gaïa et Micipsa a dû attendre, lui aussi, plusieurs années pour inscrire enfin ses deux fils. Cette situation, ubuesque, faut-il le dire, est vécue par les parents aussi bien à Alger, au sud du pays, à l’Est, comme à l’Ouest.
Le cas de l’APC de Tizi Ouzou
En Kabylie, berceau de la revendication identitaire, les citoyens de la région sont confrontés depuis quelques années au refus d’inscrire leurs enfants sous des prénoms amazighs, lesquels ont été de tout temps acceptés par l’état civil dans la région, même durant les années 1970, lorsque le simple fait de parler kabyle pouvait, quelquefois, être considéré comme un acte “subversif”. Depuis le retour du FLN aux commandes à l’APC de la ville de Tizi Ouzou, des centaines de citoyens ont été confrontés à ces refus inexpliqués. Des centaines de requêtes ont été traitées par la justice. Le retour du FLN aux commandes, et en s’appuyant sur le décret de mars 1981, a fait du refus de prénoms amazighs un sacerdoce.
L’APC de Tizi Ouzou s’est illustrée pitoyablement par des centaines de refus. Révoltés, les citoyens de la région voyaient en ces réactions épidermiques anti-amazighes, une provocation de la part des pouvoirs publics.
Plusieurs dénonciations ont eu lieu. Sur le terrain, seul le MAK a pris la responsabilité de dénoncer cet état de fait qu’il assimile à de “l’antikabylisme”. Massiles, Taknarit, Mass-tyas, Aylan… et tant d’autres prénoms amazighs, pourtant connus et reconnus dans la région, ont été interdits par l’état civil de l’APC de Tizi Ouzou. Parallèlement à ces refus, d’autres prénoms, comme Saddam, Khomeiny, Seïf El-Islam, Sandra, Laëticia, Camille, Matteo, Maxime… sont acceptés sans encombre par l’état civil. D’autres à connotation terroriste, comme Oussama Ben Laden, sont inscrits dans plusieurs mairies algériennes, sans que cela ne pose problème.

Source Liberté Mohamed Mouloudj

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires