Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 09:55

Ces postulants qui veulent devenir maires

Campagne electorale Algerie

 

Ils sont nombreux à postuler au poste de président d'APC et d'APW. Issus de différentes catégories professionnelles, médecins, praticiens, avocats ou encore enseignants, ils tentent la bataille électorale et en sortent souvent gagnants.

Le poste de  président d’APC et d’APW emballe tout  le monde. Médecins,  avocats, cadres, administrateurs, syndicalistes, les élections attirent de plus en plus toutes les catégories sociales et professionnelles.

 À voir  les  affiches placardées sur les murs des villes,  la première chose qui saute aux yeux, après les postures, est bien  entendu  la profession. Issus de différents secteurs  d’activités, ces  prétendants  au poste de maire  ou président d’APW  ont  un parcours professionnel jalonné.

Outre la députation qui attise les convoitises, les élections locales  font courir surtout  les médecins, avocats  et enseignants. Ce constat est vérifié à travers les affiches de candidature aux locales du 29 novembre. 

De plus en plus, les corps médical et éducatif  sont  bien représentés parmi les prétendants  au poste  de président d’APC et d’APW.

En effet,  médecins, dentistes,  enseignants sont  engagés dans la bataille électorale  pour le scrutin local.  En l’absence de chiffres exacts sur la participation du corps médical, éducatif et judiciaire, ces catégories  professionnelles  sont largement représentées dans cette échéance locale. Ainsi, médecins, praticiens, avocats et  enseignants figurent sous différentes couleurs  politiques. Forts de leur carrière et statut social,  ces postulants  sont accueillis  à  bras  ouverts  par les partis politiques qui les recherchent vivement.  Si certains  voient  dans la candidature des  ces catégories  un  fait  plausible, d’autres y voient un  méfait. Diversement appréciée, la candidature des médecins, avocats ou enseignants incitent certains citoyens à aller voter  en leur faveur, contrairement aux autres qui jugent «incompatible voire inconcevable» de  concilier politique et  profession. Au-delà des commentaires  et avis des uns et des autres, cette catégorie de candidats a bien d’autres motivations  et visées.

Politiquement  apparentés à des  partis  ou imprégnés d’une idéologie, ces candidats ont, certes, des profits. Motivés  ou attirés par les prérogatives  et  les avantages matériels  et financiers que  leur procurent ces postes de responsabilité, les postulants trouvent leur compte à tel point qu’ils renoncent  à leurs  fonctions «initiales», optant  pour d’autres missions, de surcroît politiques.

Notons enfin que  la campagne pour   les élections locales du 29 novembre se poursuit  à travers le pays. Les partis en lice pour le double scrutin  local sillonneront villes et villages dans le cadre de cette campagne qui  se poursuivra jusqu’au 25  novembre prochain, date à laquelle  elle sera clôturée officiellement,  à quatre jours  du scrutin.   D’autre part, cinquante deux partis politiques  ont participé à cette élection locale à laquelle prennent part également des candidats  indépendants. 

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires