Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 09:27

La diplomatie pour réanimer l'UMA

M.Mourad Medelci

 

La participation du ministre algérien des Affaires étrangères aux travaux de la 30e session des MAE de l'Union du Maghreb arabe confirme, entre autres, l'embellie des relations algéro-marocaines.

«Aavant la fin février 2012, il est prévu une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UMA au Maroc.» avait déclaré le 3 janvier 2012 le chef de la diplomatie algérienne sur les ondes de la Radio nationale, Chaîne III. Le délai comme l'annonce ont été respectés. L'UMA a soufflé sa 23e bougie vendredi.

Ses pays membres (Maroc, Tunisie, Mauritanie, Libye et Algérie), représentés par leurs MAE respectifs, se sont donné rendez- vous le 17 février, jour de sa création, en 1989, pour examiner «les questions inscrites à l'ordre du jour notamment celles relatives à l'intégration économique maghrébine, la poursuite de la réforme de l'Union, la validation de l'étude relative à la création de la communauté économique maghrébine, l'évaluation de l'état d'avancement du processus maghrébin et les échéances de la prochaine étape» a indiqué un communiqué du département algérien des affaires étrangères qui a ajouté que cette 30e session leur permettra de «poursuivre la consultation et la coordination des positions concernant les questions politiques régionales et internationales intéressant la région».

Un comité de suivi dont fait partie Abdelkader Messahel, le ministre algérien délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, sera chargé de déblayer le terrain avant la «grande messe» qui débutera aujourd'hui.

La participation du chef de la diplomatie algérienne aux travaux de cette 30e session des ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb arabe confirme, entre autres, l'embellie des relations algéro-marocaines. Une bouffée d'oxygène pour cette «réalisation géostratégique» qui est maintenue sous perfusion pendant près de deux décennies. Son Conseil des chefs d'État ne s'est plus réuni depuis 1994. La normalisation des relations algéro-marocaines est devenue une condition sine qua non pour l'édification de l'Union du Maghreb. Il est impossible, en effet, de concevoir une mise sur orbite de l'UMA sans le retour du Maroc en son sein et sans que ne soient levés tous les obstacles qui rendront concrets les objectifs assignés à cette institution qui représente un espace économique régional de quelque 90 millions d'âmes.

C'est ce à quoi se sont attelés depuis quelques mois les responsables des deux pays (le Maroc et l'Algérie) en procédant à des visites réciproques de haut rang dans le cadre d'une coopération économique plus soutenue dans de nombreux secteurs dont celui stratégique de l'agriculture.L'objectif est de parvenir à assurer la sécurité alimentaire des peuples de la région. La délicate question de la réouverture de la frontière terrestre entre l'Algérie et le Maroc sera-t-elle évoquée en marge des travaux de ce sommet des MAE de l'UMA? C'est certainement plus que probable.

L'éluder reviendrait à restreindre la circulation des biens et des personnes et réduirait les potentialités de ce lieu d'échanges exceptionnel qu'ambitionnent de construire les 5 pays de la région. Le Maroc appelle de tous ses voeux à sa concrétisation.

L'Algérie y a tendu une oreille attentive qui laisse augurer de la fin de la brouille cyclique qui a miné les relations entre Rabat et Alger. «La fermeture de la frontière entre les deux pays frères que sont l'Algérie et le Maroc n'a jamais été considérée comme une décision définitive. Le rapprochement qui s'opère depuis plusieurs mois entre l'Algérie et le Maroc, et qui va être consolidé avec le nouveau gouvernement marocain, toutes ces évolutions travaillent à la normalisation des relations avec le Maroc à terme», avait indiqué Mourad Medelci au début du mois de janvier. La dynamique impulsée au processus de normalisation entre les deux pays est, de surcroît, aiguillonnée au plus haut niveau. Il aura pour vecteur essentiel la construction de l'Union du Maghreb. «L'action maghrébine est d'abord la cohérence entre les politiques économiques, commerciales, sociales. C'est cela l'UMA. Ce n'est pas seulement une envie», avait souligné le patron

de la diplomatie algérienne. La réunion d'aujourd'hui permettra de franchir une autre étape dans la consolidation de cet objectif.

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires