Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:57

Qui va contrôler les Imams ?

imams contre abstention

 

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Bouabdellah Ghlamallah, fait encore parler de lui. Il confirme l'intention des autorités de mobiliser les mosquées pour appeler la population à voter massivement lors des prochaines élections législatives. Le retour à la mosquée est justifié par son poids en tant qu'organe d'information fréquenté par plus de 15 millions de personnes pour la seule prière de vendredi. Ghlamallah a jugé " normal ", voire " bien " qu'un imam appelle les fidèles au vote, tant que le concerné n'appelle pas à voter en faveur de personnes ou d'un parti précis ", a déclaré Ghlamallah jeudi, à la presse en marge d'une visite dans la wilaya de Boumerdès. D'aucuns se disent d'accord pour le principe, mais seulement la démarche nécessite des garanties, surtout lorsque l'on sache que le sentiment qu'ont certains imams ne va pas toujours de pair avec celui que veulent incarner les responsables. Les indices ne manquent pas. L'on se souvient tous de ces imams ayant refusé de se lever lorsque a retenti l'hymne national, parce que considérant "Kassaman'' comme une ''bid'â'' -et comme telle, elle fait dériver- lors d'un colloque à Dar El Imam, il y a deux années de cela. Ainsi, pour pousser la population à voter, les autorités chargent des imams, comme des promoteurs spirituels du patriotisme, de faire de la propagande. Une question se pose : avec cette référence à l'islam, le travail de l'imam sera-t-il intègre? Ne sera-t-il pas, adapté aux besoins de ces formations politiques islamistes qui foisonnent ? Selon le ministre, qui confirme ainsi les craintes des autorités d'un fort taux d'abstention, la mosquée " joue un rôle avéré en matière de formation de l'opinion publique ". Ce rôle de faiseur d'opinions, a-t-il poursuivi, la mosquée le doit particulièrement à son poids en tant qu'organe d'information qui rassemble presque la moitié de la population pour le seul prêche du vendredi. Le vote est " une préoccupation majeure de la société ", comme l'avait dit le ministre, et " qu'il n'y a aucun mal si la mosquée et l'imam participent à la prise en charge des préoccupations de la société, qui sont au cœur même de leur mission ". La déclaration de Ghlamallah illustre la volonté de l'Etat de reconstituer le sentiment patriotique des Algériens. Ce serait possible avec 15 millions de fidèles, mais qu'en est-il de la neutralité de l'imam ? Les discours tantôt favorables tantôt hostiles aux uns et aux autres ne vont certainement pas à l'avantage du processus démocratique. Mobiliser les minbars au seul profit des formations islamistes risque de discréditer la démarche, et par conséquent, de dissuader davantage la population en butte aux multiples contradictions des responsables. En d'autres termes, les mosquées peuvent être de véritables chambres d'échos pour peu qu'on adopte un discours neutre. Il serait donc imprudent de verser dans la promotion d'un parti politique quelconque.

Rebiha Akriche

Partager cet article
Repost0

commentaires