Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 07:12

Algérie - «Le pays est gouverné par ´´la méthode Coué´´»

Mohamed-Chafik-Mesbah.jpg

 

Ancien officier de l'ANP et Docteur d'État en Sciences politiques et diplômé du Royal College of Defence Studies de Londres, Mohamed Chafik Mesbah, bien connu de l'opinion publique nationale, est l'auteur de Problématique Algérie (2009).
L'Expression: Dans le contexte des prochaines élections législatives, quel regard portez-vous sur la situation politique actuelle en Algérie?
Mohamed Chafik Mesbah: C'est, malheureusement, un regard pessimiste. Ces prochaines élections sont une opportunité pour gagner du temps jusqu'à l'élection présidentielle de 2014.
Au demeurant, comment voulez-vous entrevoir un motif d'espoir avec une société politique figée, un mouvement associatif ankylosé, des classes défavorisées de plus en plus appauvries et une économie sinistrée malgré la profusion de recettes pétrolières? L'explosion est, forcément, inscrite en perspective, c'est une question de temps.
Pouvez-vous formuler un pronostic plus précis sur l'issue de ces prochaines élections législatives?
Avec la participation du FFS qui se dessine, c'est la caution internationale qui est recherchée. Avec la mosaïque qui, formellement, caractérisera la future représentation parlementaire, c'est l'illusion d'un paysage politique diversifié que les pouvoirs publics veulent présenter en devanture. Cela a tout l'air d'une recomposition artificielle du champ politique. Vous l'aurez compris, les trois partis de l'Alliance présidentielle conserveront la majorité parlementaire avec une ouverture vers les petits partis récemment agréés, notamment le Parti de la justice et de la liberté et l'Union pour la démocratie et la République que dirigent, respectivement, Mohamed Saïd et Amara Benyounès, des partis déjà «normalisés».
La seule innovation qui pourrait intervenir, c'est l'agrégation, le cas échéant, des mouvements islamistes agréés.
Ces formations sont loin de représenter, tant s'en faut, toute la réalité du mouvement islamiste dont le potentiel est encore enfoui dans les profondeurs de la société. Le FFS qui a été le pivot du courant démocratique en Algérie va évidemment supplanter le RCD et gagner son quota de sièges au prix, s'il n'y prend garde, de son âme et peut-être de sa survie. C'est cela l'avancée démocratique attendue de ces élections?
Mais si ce résultat est le choix libre et transparent des électeurs, en quoi peut-il être contesté?
Libre et transparent? Dans quel monde évoluez-vous? Demandez à Abdallah Djaballah comment a fonctionné, lors du scrutin présidentiel de 2004, ce qu'il a dénommé, non sans subtilité, «la fraude magique».
La transparence d'une élection, c'est d'abord un état d'esprit, ensuite, seulement, des règles techniques. Une hypothèse vraisemblable avance un taux d'abstention de 80% pour ce prochain scrutin. Vous estimez que ce taux ne pose pas problème? Il est vrai, néanmoins, que les pouvoirs publics en Algérie, pratiquant la politique du pire, ne se sont jamais souciés de savoir si les Assemblées supposées élues étaient, véritablement, légitimes.
La prochaine Assemblée populaire nationale étant appelée à amender la Constitution, quels amendements pourrait-elle apporter?
La Constitution de 1996 n'a pas fait l'objet de contestation fondamentale. C'est son application qui a fait problème. Les amendements à apporter par la prochaine Assemblée populaire nationale devraient se situer au niveau du toilettage. La préoccupation essentielle du chef de l'Etat étant d'organiser sa succession pour 2014, pas de promouvoir, réellement, le système démocratique, il est possible de revenir à la limitation du nombre de mandats présidentiels tout en rétablissant la responsabilité du chef du gouvernement devant l'Assemblée populaire nationale. L'instauration du régime parlementaire semble une vue de l'esprit, pour le moment. N'oubliez jamais, en tout état de cause, que la future Assemblée populaire nationale fonctionnera sous contrôle.
Tout le monde admet que les réformes ont été initiées dans un contexte social critique. Quel lien peut-on établir entre ledit contexte et les réformes adoptées?
Souvenez-vous, deux moments ont marqué les réponses des pouvoirs publics aux manifestations intervenues en janvier 2011. Dans un premier moment, le gouvernement a décrété que la contestation ne comportait aucun caractère politique. C'est ainsi qu'un train de mesures avait été adopté pour étouffer la contestation sociale. Une distribution massive, tous azimuts, de la rente pétrolière. Le deuxième moment fut celui où le chef de l'Etat, dans un discours qui se voulait pathétique, avait annoncé les réformes politiques d'intérêt tant soit peu significatif. Au total, la redistribution de la rente - sous une forme plus ou moins anarchique - est toujours en cours. Les réformes politiques, expurgées de portée essentielle, sont venues plutôt conforter le statu quo. Bref, les pouvoirs publics sont prêts à tout concéder sur le plan financier, sans jamais rien céder de substantiel sur le plan politique.
N'êtes-vous pas excessif dans votre jugement en estimant que ces réformes ne semblent pas augurer d'une véritable ouverture du champ politique en Algérie?
Cela importe peu que le président de la République perdure au pouvoir ou le quitte, l'enjeu dépasse la personne du chef de l'Etat. Il consiste à forcer le système obsolescent «à rendre l'âme». Bien sûr qu'il n'existe pas de véritable volonté d'ouverture du champ politique en Algérie. Pourquoi s'étonner de l'obstination des pouvoirs publics à résister au vent du changement? C'est une caractéristique commune à tous les régimes autoritaristes des pays arabes où ce sont, en effet, des soulèvements populaires qui finissent par imposer le changement politique auquel les régimes en place résistent avec entêtement.
A vous croire, les pouvoirs publics seraient totalement disqualifiés pour gouverner le pays?
Documentez-vous sur «la méthode Coué», du nom d'un pharmacien français du début de XXème siècle. Basée sur l'autosuggestion, la méthode Coué peut vous permettre, si vous me passez l'expression, «de faire passer des vessies pour des lanternes». C'est, par excellence, la démarche actuelle dont s'inspirent les pouvoirs publics en Algérie. Les responsables algériens développent un discours totalement déconnecté de la réalité mais, grâce à la méthode Coué, ils finissent eux-mêmes par croire en leurs affirmations. C'est tout le drame de la gouvernance publique en Algérie.
Comment expliquer le phénomène désormais récurrent de l'abstention électorale en Algérie?
Dans mes écrits, je n'ai cessé de mettre en exergue le divorce qui existe entre la société réelle et la société virtuelle en Algérie. Avec moins de 20% de participation, la société virtuelle se croit légitimement investie pour légiférer et administrer l'ensemble du pays. La société réelle qui représente la majorité écrasante de la population se démarque, quant à elle, des instances officielles et légifère pour elle-même, selon sa logique et ses moyens. A quoi bon voter? C'est un acte inutile car la fraude électorale et l'absence de sanction politique ont totalement perverti le principe de l'élection.
Comment expliquez-vous la fragmentation actuelle du courant démocratique en Algérie?
Cette fragmentation tient à trois facteurs. Le premier se rapporte à la démarche systématique des pouvoirs publics qui ont voulu marginaliser les forces démocratiques en Algérie par la manipulation de leurs leaders et de leurs appareils. Le deuxième se rapporte à la faiblesse des leaders des mouvements démocratiques qui n'ont pas déployé l'effort nécessaire pour sortir de leurs ghettos de manière à vivre en synergie avec la société algérienne dans ses tréfonds. Le troisième tient à la rivalité subjective -stupide- qui oppose les leaders du courant dit démocratique.
L'avènement d'une majorité parlementaire islamiste serait une menace pour la stabilité institutionnelle du pays?
Par courant islamiste, vous entendez les partis phagocytés par le régime et ceux nouvellement agréés? La réalité du courant islamiste enfoui au sein de la société échappe à une évaluation de type institutionnel. Si vous voulez évoquer donc, une majorité islamiste constituée par les partis islamistes actuellement et même nouvellement agréés, cela ne constitue pas une menace réelle pour la pérennité du régime. Il y a fort à parier que tous ces partis seront «normalisés» par le système en fonction de sa propre démarche et de ses propres besoins.
Face à une éventuelle majorité parlementaire islamiste, comment pourrait réagir l'Armée algérienne?
Si la majorité parlementaire islamiste dont vous faites état respecte les lignes rouges constitutionnelles, l'Armée tout aussi bien s'en tiendra, probablement, au respect de l'ordre constitutionnel établi. Votre question est purement théorique. Il est improbable que les pouvoirs publics, pour l'heure, s'accommodent d'une telle majorité. C'est dans la perspective d'une évolution stratégique de la situation politique en Algérie que cette question se pose.
La politique des puissances occidentales vis-à-vis de l'Algérie obéit-elle à une feuille de route préalable?
Contrairement à l'Algérie et à bien d'autres pays sous-développés, les puissances occidentales envisagent leur politique étrangère à travers des axes de déploiement stratégique définis par anticipation et soumis, en tant que de besoin, à adaptation. En apparence, les Etats-Unis d'Amérique, la France et l'Union européenne semblent, à cet égard, appuyer les autorités officielles en Algérie. Au titre des impératifs de la lutte contre le terrorisme et des ressources énergétiques et financières dont dispose le pays. Il est certain, pourtant, que ces trois partenaires importants de l'Algérie ont réfléchi à des politiques de rechange, des «solutions de rechange» dirions-nous, pour le cas où le régime algérien actuel viendrait à vaciller plus fortement.
Votre analyse de la situation politique -des plus sombres- vous conduit à envisager quelles perspectives pour le pays?
Mon champ de vision ne s'arrête pas aux perspectives électorales, prochaines ou à venir. Je considère que les délais pour le changement pacifique en Algérie sont forclos et que la transition interviendra dans l'anarchie et la violence. Les perspectives, à cet égard, sont dangereuses pour le pays. Ce n'est pas de gaîté de coeur que je termine cet entretien en mettant l'accent sur les vraies menaces qui guettent l'Algérie: la dislocation de la cohésion de la société algérienne et l'amputation territoriale du pays. Vous semblez vous gausser de ces élucubrations? Le temps historique est impitoyable pour ceux qui pratiquent la courte vue.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires