Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 11:19

3 morts et plus de 200 familles sinistrées

  inondations-El-Tarf.jpg

 

Les habitants de la wilaya d’El Tarf ont vécu deux jours de déluge sans commune mesure, la peur au ventre. En effet, les pluies diluviennes qui se sont abattues durant plus de 36 heures, à savoir la nuit de mardi et toute la journée de mercredi, ont occasionné des pertes humaines et de colossaux dégâts matériels.
Selon la chargée d’information de la wilaya, rattachée à la cellule de crise qui supervise les opérations de secours et de prise en charge des sinistrés, «la wilaya a enregistré jusqu’à vendredi matin la mort de trois personnes par noyade. Il s’agit de deux personnes, âgées de 65 et 54 ans, qui ont trouvé la mort au lieudit Hakoura à quelques encablures du barrage de Chaffia sis dans la commune éponyme. Leur voiture a été emportée par la furie des eaux. Repêchés par la Protection civile le lendemain du drame, les deux corps inertes ont été transportés à la morgue de l’hôpital de la ville d’El Tarf. La troisième victime est un homme de 28 ans, originaire de la ville d’El Kala. Il a été trouvé mort, dans sa voiture à quelques mètres du pont reliant le chef-lieu de wilaya au village d’Aïn Khiar, hier, après la décrue de l’oued El Kebir». Selon des éléments de la Protection civile, l’infortuné a voulu traverser le pont au moment où l’oued a débordé brusquement, lors des lâchers effectués par les deux barrages de Bougous et Mexa. Son corps a été transféré vers la morgue de l’hôpital d’El Tarf, alors que la Protection civile a entrepris des recherches accrues pour repêcher de potentielles autres personnes qui accompagnaient la victime. Par ailleurs, des routes nationales ont été coupées en plusieurs endroits à la circulation automobile. Le pire est que le pont de la RN 44, appelé Oum Saâd situé à la sortie est de la commune de Bouteldja, reliant cette dernière à la ville d’El Tarf, a été complètement coupé, hier vendredi, à la circulation automobile, et ce, après l’effondrement d’une grande partie de son flanc droit. De fait, pour rejoindre les autres communes de la région ouest de la wilaya ainsi que la wilaya d’Annaba, les usagers sont obligés de faire un détour par la commune d’El Kala et emprunter la RN 84A (El Kala-Echatt). De même pour le pont reliant le village de Tefaha à Aïn Djennane dans la commune d’Asfour. Cet ouvrage d’art s’est effondré partiellement. Il est à signaler que plusieurs agglomérations et villages ont été complètement isolés, telle l’agglomération éparse «Aach Lahmar», dans la commune d’Aïn Assel et la cité populeuse de Ben Amar dans la commune d’Echatt. Cependant, selon la cellule de communication, les autorités ont procédé dans la nuit de jeudi à vendredi, à la distribution de 1 286 kits alimentaires et 1 500 couvertures aux familles sinistrées, et ce, en utilisant des camions tout terrain et deux hélicoptères de la Marine nationale. Il est judicieux de savoir que les autorités ont déclenché partiellement le plan Orsec pour les communes de Besbès, Dréan et Ben M’hidi. En ce sens, ce sont 200 familles qui ont été placées dans les 7 centres de secours de la DAS et dans des établissements scolaires. Dans le même sillage, un grand nombre de familles touchées n’ont pas voulu quitter leurs habitations préférant attendre la décrue. Sur un autre plan, un responsable de la Direction de l’hydraulique, révélera que le taux de pluviométrie a atteint 120 mm durant les dernières 48 heures et que les autorités locales ont procédé à des lâchers dont le cumul est de l’ordre de 184,7 millions de mètres cubes pour les trois barrages que compte la wilaya à savoir Chaffia, Bougous et Mexa. Cette situation historique et inaccoutumée a engendré de grandes crues et l’inondation par les eaux de plusieurs centaines d’hectares de terres agricoles. Les premières estimations de la Direction des services agricoles font ressortir plus de 1 000 hectares de terres inondées, engendrant des pertes sèches et abyssales pour les agriculteurs de la wilaya.
Source Le Soir d’Algérie Daoud Allam

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires