Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 18:04
Les investissements ont doublé au 1er semestre
La Banque d Algerie
La Banque d'Algérie
Cette «sensible» amélioration des investissements s'explique notamment par celle du climat des affaires suite aux différentes mesures d'incitation et d'encouragement à l'investissement et aux porteurs de projets prises par les pouvoirs publics.
Les investissements déclarés en Algérie ont plus que doublé durant le premier semestre 2013 pour atteindre 856,7 milliards de DA, soit 11,2 milliards de dollars, contre 411,6 milliards de DA à la même période en 2012, en hausse de 108%, a annoncé hier l’ANDI, qui explique cette performance notamment par «la nette amélioration» du climat des affaires en Algérie.
Le nombre de projets d’investissement déclarés durant ce semestre a enregistré une hausse de 14%, soit 4 756 projets contre 4 183 projets à la même période de 2012, selon un bilan de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI).
Les nouveaux projets déclarés prévoient la création de 75 075 emplois, contre 45 503 emplois à la même période de référence, soit une augmentation de 65%, note encore l’ANDI.  Cette «sensible» amélioration des investissements s’explique notamment par celle du climat des affaires suite aux différentes mesures d’incitation et d’encouragement à l’investissement et aux porteurs de projets prises par les pouvoirs publics, notamment dans les régions des Hauts-Plateaux et du Sud, a indiqué Abdelkrim Mansouri, directeur général de l’ANDI.
Les mesures de débureaucratisation de l’acte d’investissement prises par le Premier ministre, la redynamisation du rôle des Calpiref, le plan de développement des entreprises publiques ainsi que les rencon-tres de vulgarisation organisées dans une trentaine de wilayas, ont aussi contribué à cette performance, explique M. Mansouri.
Nette amélioration des investissements en partenariat
Les investissements locaux qui représentent 90% de l’investissement global, s’élèvent à 4 725 projets au 1er semestre 2013, soit plus 13%, pour une valeur de 628,25 milliards de DA estimée à plus 67% et devraient générer 67 690 emplois équivalant à une hausse de 58%.
Le montant des investissements déclarés en partenariat (avec des étrangers) durant les six premiers mois de 2013 a atteint 228,46 milliards de DA (plus de 3 milliards de dollars), contre 35,8 milliards de DA à la même période de l’année dernière, soit une très forte hausse de 538%, indique l’agence. Les projets d’investissement en partenariat déclarés durant cette période de comparaison ont également augmenté de 244%, passant de 9 à 31 projets devant générer 7 385 emplois, soit plus 190%. 
En termes de nombre de projets, l’ANDI relève une prédominance du secteur des Transports qui enregistre 2 264 projets, suivi du BTPH (924 projets), l’Industrie (825), les Services (547), l’Agriculture (85), le Tourisme (68) et enfin la Santé avec 43 projets.
Plus de la moitié des investissements vont à l’industrie
S’agissant des montants à investir, c’est le secteur de l’Industrie qui domine avec 436,45 milliards de DA, soit 50,95% du montant global, suivi par les Services (158,94 milliards DA), le Tourisme (110,22 milliards DA), le BTPH (82,06 milliards DA), les Transports (48,23 milliards DA), l’Agriculture (12,57 milliards DA) et la Santé avec 8,20 milliards de DA. En termes d’emplois, l’industrie reste le secteur le plus pourvoyeur avec 30 192 emplois, soit plus de 40% des postes d’emploi  créés, suivi par le BTPH (19 219 emplois), les Services (9 222), les Transports (8 594), le Tourisme (5 621), l’Agriculture (1 281) et enfin la Santé avec 875 emplois.
Par région, c’est le Nord qui polarise le plus d’investissements avec 3 167 projets totalisant 624,27 milliards de DA devant générer 50 168 emplois, suivi des Hauts-Plateaux qui ont attiré 902 projets pour une valeur de 102,25 milliards DA et 14 679 emplois. La région Sud, quant à elle, a enregistré 689 projets totalisant 130,41 milliards de DA et devant aider à la création de 10 228 emplois, note encore l’agence.  Il est à rappeler que le nouveau dispositif d’investissement octroie, en plus des avantages fiscaux et parafiscaux tels que l’exonération de l’IBS et de la TAP pour une durée de 10 ans, d’autres avantages touchant le foncier économique, notamment la concession au dinar symbolique et des réductions importantes de la redevance locative.
A cet effet, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait instruit en juin dernier les walis lors d’une rencontre à Alger en vue d’accorder une attention particulière aux dossiers d’investissements examinés par les Calpiref (Comités d’assistance pour la localisation, la promotion de l’investissement et la régulation du foncier), présidés par les walis. Il a insisté sur un réel accompagnement de l’administration des dossiers d’investissement, la mise en place de facilitations pour la mise en œuvre des projets en levant les obstacles à travers l’allégement des procédures et la réduction du temps de traitement des dossiers.
Les décisions qui vont être prises pour relancer davantage l’investissement, lors de la prochaine tripartite (gouvernement-patronat-syndicat) prévue jeudi prochain, ainsi que les mesures inscrites dans le projet de loi de finances 2014 sont de nature à booster les investissements à l’avenir en Algérie, assure encore M. Mansouri.
Source Le Jour d’Algérie Djazia O.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires