Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 23:50

Le secteur vise une production supplémentaire de 8 500 tonnes

aquaculture

 

Les responsables du secteur de la pêche ont annoncé, hier, que le programme de développement de l’aquaculture pour le quinquennat 2010-2014 vise une production supplémentaire de 8 500 tonnes qui sera réalisée à travers une quarantaine de petits projets animés par des investisseurs.
Les experts se sont penchés, hier, sur la problématique de l’aquaculture en Algérie et ses possibilités de développement, dans le cadre du Forum international de la filière aquacole Djazaqua. Ils mettront l’accent sur la diminution des capacités de la pêche maritime et la nécessité d’encourager l’aquaculture. Cette activité, toujours en développement en Algérie, est à ses premiers balbutiements, alors qu’elle progresse de plus en plus à l’échelle mondiale, d’autant que les experts misent sur elle pour assurer la sécurité alimentaire des populations. La filière représente, selon Mme S. Zair de la sous-direction de la valorisation des potentiels aquacoles, près de 50% du poisson alimentaire dans le monde. En Algérie, selon la responsable, l’activité commence à se hisser au rang des activités économiques et progresse de la phase expérimentale vers l’étape de production et participation au développement socio-économique du pays. «Au cours des dernières décennies, rappelle-telle, une série d’actions de développement ont été initiées d’autant que les potentiels naturels existent. Ceci en plus de l’adaptation des législations et réglementation en matière de codification des activités aquacoles nationales, et la création d’une chambre nationale de la pêche.» Mme Zair dira aussi que des «investissements publics ont été consentis visant notamment la vulgarisation de la profession à travers la réalisation d’établissements d’aquaculture pilotes dans les différentes filières d’aquaculture». Des actions ont aussi été initiées avec d’autres secteurs dont le tourisme, les ressources en eau et l’agriculture et le développement rural. Selon l’intervenante, ces actions ont permis l’émergence de diverses opportunités de création d’entreprises privées dans les différentes filières d’aquaculture, aussi bien sur la côte qu’à l’intérieur du pays. Le ministère de la Pêche a, par ailleurs, lancé un autre programme de développement pour le quinquennat 2010-2014 qui visera la consolidation du premier programme. «Ceci à travers la réalisation de projets de production de moyenne dimension et en orientant les investissements vers des activités de production à haute valeur marchande ayant donné des résultats probants sur le terrain », expliquera l’intervenante. Elle notera aussi que le programme se fixe pour objectif une production supplémentaire de 8 500 tonnes qui sera réalisée à travers une quarantaine de projets. Les responsables des chambres de la pêche mettront, pour leur part, l’accent sur la nécessité d’orienter et de former les jeunes pour qu’ils intègrent les dispositifs d’aide et réalisent leurs propres projets dans le domaine de l’aquaculture. La rencontre qui a rassemblé des experts en aquaculture s’est tenue en marge du salon Sipsa-Agrofood qui se tient à la Safex.

Source Le Soir d’Algérie F.-Zohra B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires