Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 04:22

Algérie – La santé du Président et le quatrième mandat

Bouteflika malade

 

Nul n'est à l'abri de la maladie. Tous les êtres humains y sont exposés à un moment ou un autre de leur existence. Y compris Abdelaziz Bouteflika qui vient d'avoir, disons «une alerte de santé», pour ne pas se donner des airs de savants et «poser» un diagnostic sur son état de santé. Mais au-delà de l'homme, Abdelaziz Bouteflika est président de la République. Une charge et une fonction qui donnent une autre dimension à sa santé et font de lui un patient pas comme les autres. La nouvelle de son «accident ischémique transitoire sans séquelles» annoncée, samedi dernier au JT de 20 h, a été reçue avec stupeur par les Algériens. Au point où le reste de l'actualité n'avait plus aucun sens. Passés les premiers moments du choc, c'est maintenant le temps des interrogations. Malgré les assurances contenues dans le communiqué officiel, personne ne peut s'empêcher de penser à toutes les hypothèses. Et il y en a. Reprendra-t-il ses fonctions? Quand? Quels impacts sur les grands chantiers comme la révision de la Constitution ou sur les gigantesques programmes de logements, de lutte contre le chômage, d'eau, de routes, de transports, etc? Ou encore, le «printemps arabe» va-t-il en profiter pour s'engouffrer chez nous? Viendra-t-il par l'Est? Du Sud? Ou peut-être du Nord, sachant que les sous-traitants ne manquent pas? A toutes ces interrogations et à beaucoup d'autres, s'ajoute l'occasion de faire un voyage dans le temps. Si la majorité des Algériens lui a accordé trois mandats, c'est, à n'en pas douter, qu'elle y a trouvé son compte. Il fallait du temps pour construire des millions de logements neufs au bénéfice d'autant de familles algériennes. Il fallait du temps pour assurer l'approvisionnement continu en eau potable à l'ensemble des foyers de Tébessa à Maghnia et d'Alger à Tamanrasset. Il fallait du temps pour mener à bien les grands travaux structurants comme l'autoroute Est-Ouest, les transports d'une manière générale et le réseau ferroviaire en particulier, etc. Il fallait du temps pour faire renaître de ses cendres l'agriculture. Mieux encore, toutes ces réalisations n'auraient pas été possibles sans le rétablissement de la paix et de la sécurité qu'a connu le pays. Là aussi, il fallait du temps. Malgré tout, on se rend compte que le temps des trois mandats s'avère insuffisant. Toutes les réalisations énumérées plus haut, quoique partielles, ne font partie que des conditions préalables à la relance économique. Au développement durable. Nous n'y sommes pas encore. Ce qui débouche sur cette interrogation encore plus pesante. L'altération de la santé du Président Bouteflika, n'annonce-t-elle pas un frein à cette dynamique qu'il a su si bien créer? On dit que nul n'est indispensable et que l'homme providentiel n'existe pas. Sauf que l'histoire des peuples s'est toujours confondue avec les dirigeants qu'ils ont eus. L'Angleterre de Thatcher n'est pas la même qu'avec Cameron. Il y a une sacrée différence dans l'histoire des Etats-Unis entre la période de John Kennedy et celle de Jimmy Carter. Ce que Chavez a fait pour les Vénézuéliens n'a rien à voir avec la condition des Brésiliens sous Lulla. Plus que cela, si les Africains du Sud appréhendent la disparition de Nelson Mandela, c'est par crainte de voir ressurgir les démons de la haine contenus par sa seule présence. Ceci étant dit et après cet «accident ischémique» subit par le Président Bouteflika, il y a une très forte probabilité qui apparaît. Si par bonheur il se rétabli pour terminer la dernière année de son mandat, le voir briguer un quatrième mandat relève de la démesure. L'homme a plus que donné au pays. Il peut aspirer au «repos du guerrier» et s'éloigner de ce «fauteuil de braises» comme il dit. Aux Algériens de faire le bon choix en 2014!

Source L’Expression Zouhir Mebarki

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires