Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 08:32

Le piège américain

relations-Algerie-USA.jpg

 

Le Président Abdelaziz Bouteflika a reçu, vendredi, une invitation officielle du Président américain Barack Obama pour participer au Sommet des dirigeants des Etats-Unis et d'Afrique. Bouteflika ne peut pas déléguer quelqu’un d’autre pour le représenter à cet événement qui se déroulera à Washington au mois d’août.

La capitale des Etats-Unis accueillera, les 5 et 6 août, le sommet des dirigeants des Etats-Unis et d'Afrique. Tous les chefs d’Etat du continent sont invités à participer à cette rencontre. Les invitations ont été adressées vendredi par le Président Barack Obama.

«En cette période pleine de promesses pour le continent africain, nous avons l'opportunité d'approfondir notre partenariat riche et durable. Ma femme Michelle et moi-même sommes enchantés de vous inviter, ainsi que les dirigeants de toute l'Afrique, au Sommet des dirigeants des Etats-Unis et d'Afrique», précise le communiqué officiel adressé par la Maison-Blanche à El-Mouradia.

Le Président américain invite son homologue algérien à faire part de «ses suggestions sur les résultats clés à prendre en considération pour garantir le succès du Sommet». Cette rencontre se présente donc comme un rendez-vous politique, diplomatique et économique majeur pour l’ensemble des parties. Jacob Zuma, le roi Mohamed VI, Goodluck Jonathan, Moncef Marzouki ou encore le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi — qui devrait, sauf surprise, être élu à la tête de l’Etat égyptien — ne rateront pour rien au monde ce sommet. Qu’en sera-t-il pour notre pays ? «L’Algérie doit se rendre à ce sommet, c’est impératif. Pour les Etats-Unis, l’Algérie est considérée comme étant un Etat stable au centre d’une région instable. C’est aussi un partenaire central dans la lutte contre le terrorisme au Maghreb et au Sahel», précise Zoheir Bouamama, professeur en sciences politiques à l’Ecole nationale des sciences politiques d’Alger.

Pour le professeur Bouamama, la participation de l’Algérie est importante dans le cadre de ses relations avec les Etats-Unis mais aussi pour ses rapports avec les pays africains. «L’Algérie est en phase de réorienter sa diplomatie vers le continent africain. Elle est certes très présente dans les structures de l’Union africaine, mais elle doit renforcer son rôle dans les cadres bilatéral et multilatéral», souligne-t-il.

Reste maintenant à savoir si le Président Abdelaziz Bouteflika fera le voyage à Washington. Il faut avant tout préciser qu’il ne peut se faire représenter par un haut responsable politique algérien. Le sommet est réservé exclusivement aux «dirigeants des Etats-Unis et d’Afrique». Ramtane Lamamra, Ahmed Ouyahia ou Abdelmalek Sellal n’ont pas le statut de «dirigeant». D’ailleurs, à ce niveau-là, déléguer autrui serait plutôt mal vu.

Affaibli par un accident vasculaire cérébral, Abdelaziz Bouteflika devra supporter un long voyage en avion et participer à des activités protocolaires éreintantes. Mais il devra surtout rencontrer des dizaines de chefs d’Etat, dont le Président Barack Obama, et lire un discours en séance plénière.

Il suffit de voir les efforts déployés par Abdelaziz Bouteflika lors de sa prestation de serment pour comprendre que ce voyage aux Etats-Unis ne sera pas une sinécure. Pour le Président algérien, le sommet de Washington ressemble en tous points de vue à un piège. A commencer par sa thématique «Investir dans la prochaine génération»…

Source Le Soir d’Algérie Tarek Hafid

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires