Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 15:05

Algérie - Anciens cadres supérieurs: Trop las pour lutter encore, trop vieux pour partir

retraites-algeriens.jpg

« N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?». Cette strophe de la célèbre tirade du Cid, irait comme un gant à ces vieux cadres qui ont cru, un moment, en la noblesse d'un idéal national. La presse a rapporté il y a quelques jours à peine, les augmentations de salaires dont bénéficieront les hauts fonctionnaires en exercice.
Le silence est fait sur la catégorie des pensionnés ; feraient-ils l'objet d'un délestage conscient ou bien verront-ils leur sort s'améliorer ? Au fait, que veut dire exactement ce qualificatif de Haut fonctionnaire ? Rien, absolument rien, dans la mesure où toute personne nommée par décret bénéficie de ce titre ronflant mais la réalité est malheureusement tout autre. Faut-il rappeler que lorsque la Fonction publique versait de modestes salaires à ces cadres supérieurs, le secteur économique public et la Caisse nationale de sécurité sociale payaient des «fortunes» à leurs cadres moyens ? Aller rappeler, au commun des non initiés, cette galère qu'était en réalité, la fonction supérieure. Faite de pression psychologique intenable, de veille, de lendemains incertains, et parfois même de déni humiliant, elle n'aura pas fait que des heureux. Lors de la période de turbulence sanglante traversée par le pays, elle était toute désignée pour être le repaire du «taghout». Beaucoup payèrent chèrement leur allégeance résolue à l'Ordre républicain pour périr, sans protection aucune, sous les naseaux de «mahchoucha» (fusil à canon scié). Notre pensée va à Rachid Hadjeb, Chef de daira dans la wilaya de Sétif, assassiné sous les yeux de sa famille, Fodil Baba-Ali, Chef de daira, dans la wilaya de Relizane assassiné le jour même, où on révoquait ses fonctions intérimaires ou encore Brahim Lounis, directeur des Travaux publics de la wilaya de Médèa. La fonction dite supérieure, n'était point une sinécure, elle obligeait plus qu'elle ne servait. Taillable et corvéable à merci, une certaine catégorie de cadres, leurrée par le décret de nomination pris «en haut», geint sous l'arbitraire et l'exclusion, le tout enveloppé dans le discrétionnaire cautérisant tout sursaut de dignité.
D'anciens cadres aujourd'hui disparus, n'ont pu voir ce qu'il est advenu des leurs, juste à quelques jours ou à quelques mois de leur départ éternel. On intimait à la veuve d'un officier supérieur, mort au combat le jour de Aid El Adha, de quitter la demeure mise à sa disposition par une wilaya du Sud.
D'ailleurs, la dénomination de fonction supérieure porte en elle, une persistante ambiguïté, du moins en ce qui concerne l'administration déconcentrée. Elle s'entendait clairement pour les représentants de deux ou trois départements ministériels de souveraineté, pour les autres on faisait au mieux. Quand certains disposaient de résidences équipées, d'autres accédaient à peine à l'HLM. Ils pouvaient même loger moins bien que leur subalterne quand ils ne résidaient pas, indécemment, dans un internat faute de logement. Cette situation créée au lendemain de la loi 81/01 portant cession des biens de l'Etat, a eu de lourdes conséquences sur la pérennité du service public. On s'ingéniait à lever des murs d'enceinte autour de résidences convoitées pour les rendre, impunément, cessibles. La curée s'est poursuivie jusqu'à l'extinction du patrimoine immobilier public. Il ne faut surtout pas croire que ces cessions ont bénéficié, principalement, aux occupants du moment. Certains en furent délogés «manu militari» au profit de personnalités dont la prééminence évidente, n'autorisait aucun recours. Certains représentants de ministères dits techniques, ont eu l'heur de disposer, en guise de logement de fonction, d'anciennes résidences huppées destinées aux ingénieurs divisionnaires ; les moins lotis n'avaient qu'à repasser.
Le véhicule de service s'il existait, n'allait pas au-delà du véhicule utilitaire type «Fiorino». Et même dans ce cas d'espèce, il fallait faire la manche pour avoir quelques bons d'essence ou se rabattre sur l'établissement sous tutelle, «riche» comme crésus. Il est même rapporté des situations ubuesques, où des cadres recevant des délégations ou des hôtes de marque et faute de cafétéria, faisaient acheter la collation par la contre valeur monétaire d'un bon de carburant. Voici ce qu'il advient, quand le rigorisme budgétaire, pour ne pas dire le misérabilisme, l'emporte sur le bon sens. Le nivellement par le bas, ouvrait des appétits insoupçonnés quand l'occasion de la prébende se présentait. Elle s'est, historiquement, manifestée lors du premier assainissement de la nomenclature de projets du milieu des années quatre-vingts (80). Il ne suffisait, parfois, que d'une vague facture ou d'un bon de commande flétri, pour se faire payer rubis sur l'ongle, des sommes que nul contrôle ne soit venu corréler avec la quantité, encore moins la qualité.
En l'absence de règles normalisées, les avantages matériels supposés être attachés à la fonction pouvaient aller de l'aisance à la dèche. Au terme d'échéances constamment ajournées, un directeur central en charge des moyens, s'est enfin décidé à doter de véhicules ses représentations locales. Il n'a pas trouvé mieux que d'acheter plus de véhicules sur l'opération clairement intitulée au détriment de la qualité, pour doter ses collègues de l'administration centrale.
L'intention, faussement généreuse, pêchait par le flagrant parti pris. A l'inverse de ses homologues, il dotait le reste des bénéficiaires de véhicules sans climatisation, feignant d'ignorer que cet attribut n'est pas un luxe pour les régions du Sud. Ne tenant d'aucun particularisme topographique, tous les véhicules étaient de type «tourisme», encore une autre gabegie. Arrêtons donc de délirer sur cette fonction supérieure qui n'avait de supérieurs que les risques suspensifs de mise au vert ou la révocation sans appel. La vie professionnelle et la vie privée quand elle existait, étaient toutes deux mises sous l'objectif des enquêteurs des services chargés de l'habilitation. La virginité professionnelle ou morale ne peut, souvent, dépendre que de l'humeur d'un ombrageux sous-officier. L'exercice de la fonction était sujet à surenchère, quand on plaisait au chef de l'exécutif, il n'était pas évident de plaire au tuteur réglementaire et si les deux accordaient leurs grâces, celles des élus n'étaient pas forcément acquises. De toutes les catégories professionnelles, seule cette «engeance» ne dispose, ni de tribune, ni de porte-voix. Elle naît dans les antres des cabinets et meurt dans le dépit de la disqualification, végétant parfois dans le dénuement matériel. D'autres, forcés à prendre leur retraite à quelques jours de l'ancienneté requise, ne bénéficieront d'aucun avantage lié à la fonction qu'ils ont toujours assumée. Gladiateurs de l'administration, ils animent les arènes électives sous l'œil, parfois, indifférent de Césars qui détournent le regard approuvant implicitement, le rituel sacrificiel. Le défunt Conseil de coordination des années de plomb, a fait des victimes expiatoires. Sous le seau de la prééminence du Parti sur l'Etat, les responsables intermédiaires des secteurs d'activité faisaient les frais des guerres intestines que se menaient les membres de l'Auguste instance collégiale. Le pseudo consensus se faisait, immanquablement, sur le dos de benêts serviteurs du service public auquel ils y ont cru et pendant longtemps. Mettant du cœur à l'ouvrage, ces «cadres» étaient sur tous les fronts, des permanences inutiles et sans prérogatives, aux campagnes électorales, aux marches de soutien, à l'astreinte punitive, à la constitution de muettes galeries. Les épisodiques mouvements ont fait de la mutation un risque phobique constamment encouru. L'exercice d'une fonction par l'épouse et la scolarité des enfants, sont les Charybde et Scylla de cette galère professionnelle. Le taux d'échec scolaire est peut-être, sans risque de nous fourvoyer dans une fausse probabilité, l'un des plus élevés chez cette population bohémienne. Le droit à congé n'est jamais consenti sur convenance personnelle mais, par fait du prince et le nombre de jours octroyés, bien en deçà de la durée réglementaire.
A la fin de fonctions, en plus du départ sur la pointe des pieds à l'inverse des homologues qui auront droit aux honneurs du discours d'adieu, on intimera au «paria» de quitter vite les lieux pour permettre, au remplaçant d'assurer la continuité du service. Certains hauts fonctionnaires, dont il n'est nul besoin de citer la qualité, ont eu droit à leur mise en retraite, à de bienveillantes largesses de leurs collègues en exercice dans leur wilaya d'origine ou même ailleurs. Les veinards, ils ont tout eu ou presque ! Cette stratification, née de la seule volonté corporatiste, renseigne sur les innombrables gradations du mérite. La rubrique «cancan» d'un grand quotidien en langue arabe, même si, parfois, elle tape à côté, rapporte quotidiennement, des truculences qui laissent rêveur. Si aujourd'hui, on s'intéresse plus aux hautes fonctions de l'Etat, ce n'est à notre sens que par souci égalitaire. Pendant que les rétributions des parlementaires, des magistrats, des enseignants universitaires bénéficiaient d'envolées substantielles, celles des fonctions supérieures de l'Etat ont relativement stagné. Ce n'est qu'à l'avènement du décret de juin 2010, instituant le prêt sans intérêt à la construction de 7.000.000 DA, que le cadre supérieur pouvait sortir la tête hors de l'eau. La dernière note confidentielle du ministre des Finances annoncée par quelques titres de presse, lui alloue deux nouvelles indemnités, s'ajoutant à celle déjà servie appelée de représentation, vont dans le sens de plus de crédibilisation du cadre public soumis au chant des sirènes du standard de vie, de plus en plus vertigineux. S'il faille se référer à un cas d'école de la concussion, il faut rappeler le cas de ce cadre des Finances pris la main dans le sac au Caroubier, pour une «tchipa» de 15.000 DA. Et c'est bien malheureux, quand on sait qu'il en pâtira durablement avec les siens.
Maintenant que les jeunes collègues qui assurent des fonctions supérieures, sont en voie de réhabilitation par la revalorisation de leurs revenus, qu'adviendra-t-il des seniors à la retraite qui émargent sur le Fonds spécial (FSR) dédié aux cadres supérieurs s'ils ne sont pas concernés par le prêt à la construction et les indemnités liées à la fonction, puisque de fait, ils ne sont plus en fonction ? Est-il besoin de rappeler qu'au moment où certains ouvraient des bureaux d'études ou des cabinets médicaux, beaucoup d'ingénieurs, de juristes et de médecins optaient sans hésitation pour la fonction publique ? Ils nourrissaient pour leur pays, les desseins les plus mirifiques. Ils donnaient sans compter jusqu'à en oublier les leurs. Visitant parfois des lieux qu'ils ont jadis arpentés pour raison de service, ils n'ont même pas la satisfaction du devoir accompli. Amers et dépités par la déchéance de cet environnement, hier bouillonnant de verve, ils détournent le regard et accélèrent le pas pour quitter, rapidement, les lieux. Silhouettes courbées par le poids des ans, ils n'ont droit à aucun égard même dans les services où ils ont, longtemps officié.
La première lignée de médecins publics vient, probablement, de s'éteindre avec la récente disparition du Dr Abdelkrim Yaker, mort dans l'exil d'une campagne française. Il consacra, toute sa vie professionnelle aux bien-être socio-sanitaire de ses congénères au sortir d'une guerre meurtrière et bien après. Ignorer ceux qui ont subi toute l'immaturité d'une administration balbutiante et trébuchante et qui ont fait le choix de rester quand il leur était, encore permis de partir, ne fera que confirmer le déni qu'ils ont toujours subi en silence par discipline ou par retenue.

Source Le Quotidien d’Oran Farouk Zahi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires