Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 23:12

L’Algérie a des capacités de raffinage de 500.000 barils par jour : Elle raffinera la totalité de son pétrole brut en 2015
raffinerie-du-petrole.jpg

D’une capacité de 300.000 barils jour, la raffinerie de Tiaret, une fois livrée, permettra à l’Algérie de raffiner la totalité du pétrole brut produit dans le pays. Les nouvelles raffineries d’Adrar et de Skikda sont déjà opérationnelles.
La réhabilitation de plusieurs autres, notamment celles d’Arzew, d’Alger  et de Hassi Messaoud, consolideront l’infrastructure existante. Le ministre de l’Energie et des Mines M.  Chakib Khelil, l’a annoncé hier sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, précisant qu’elle raffinera la totalité de son pétrole en 2015.  Il a fait part de la volonté de l’Algérie à  améliorer ses capacités et les spécifications des produits vendus localement ou exportés. « Nous avons un programme pour le craquage du fuel.
La raffinerie de Skikda sera orientée vers le raffinage du condensat pour des produits pétrochimiques », a indiqué le ministre, soulignant que le pays compte  installer de nouvelles capacités de raffinage de pétrole lourd. « Ce pétrole sera importé. Il pourra, une fois raffiné, subvenir aux besoins locaux de production de diesel mais exporter également. Nos besoins en diesel ont augmenté de 8 % », a-t-il précisé.
L’invité de la rédaction a, par la même occasion, relevé que près de 30% des 69 milliards de dollars du programme d’investissement de la Sonatrach seront, selon lui, orientés vers les activités de l’aval dont le raffinage. Actuellement, l’Algérie a des capacités de raffinage de 500.000 barils par jour dont la moitié est consommée localement et l’autre exportée.
A une question sur le prix du baril, le ministre a, d’emblée,  déclaré qu’il n’y aura pas de baisse de la production.
RÉUNION DE L’OPEP : « MAINTIEN DE LA PRODUCTION ACTUELLE »
A une question sur le prix du baril, le ministre a, d’emblée, déclaré qu’il n’y aura pas de baisse de la production. La réunion de l’Opep aujourd’hui à Vienne s’articulera autour du maintien du niveau de la production actuelle jusqu’à la prochaine réunion de l’OPEP en septembre. «Augmenter la production serait un mauvais signal à donner au marché qui va entraîner des mesures pouvant baisser les prix»  a déclaré le ministre. Plusieurs membres de l’Organisation sont en faveur du maintien des quotas de production. 
S’exprimant sur  les perspectives économiques mondiales, le ministre estime qu’elles  paraissent bonnes pour les prochains mois.  « Il y aura une augmentation de la demande au troisième et quatrième trimestres 2010. Cette demande varie entre 900.000 et 1,6 million de baril », a-t-il souligné. La  conjoncture actuelle, notamment la dégradation de la valeur du dollar et les incertitudes géopolitiques qui entourent  le dossier du nucléaire iranien encourageront, selon le ministre, la hausse du prix du baril du pétrole. Il prévoit, d’ailleurs,  un prix supérieur de 80 dollars le baril de brut au cours du troisième trimestre 2010. Pour rappel, les ministres de l’Opep réunis aujourd’hui  à Vienne estiment  qu’un changement des quotas de production n’était pas nécessaire.
Source Horizons R.N.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires