Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 07:10

Algérie - Voter, pour qui ? Pour quoi ?

election participation

 

Pour la première fois, le président de la République exprime clairement sa position au sujet de ce qu’il est convenu d’appeler le Printemps arabe. “ce qui se passe aujourd’hui sous le couvert de démocratie et de respect des droits de l’Homme reste sujet à débat. Car la démocratie, comme le développement, ne s’octroie pas comme un don et ne s’importe pas comme une usine clés en main.”

Profitant de la commémoration de la Journée du savoir (Youm el-Ilm) qui, coïncide avec l’anniversaire de l’annonce par Bouteflika de “réformes approfondies”, il lance un véritable appel à la participation, enveloppé dans un éloge inédit du pluralisme et de l’élection. “l’élection doit être exercée en ce qu’elle constitue l’acte démocratique par excellence, l’indicateur de la citoyenneté et du civisme, un engagement national et un acte civilisationnel, enfin un droit et un devoir constitutionnel qu’on ne saurait nullement sous-estimer ou négliger.”

C’est le chef de l’État qui, pendant douze ans, a gelé toute création de parti politique et tout agrément de syndicat autonome, développé toutes formes de pression et de répression contre la presse et s’est agrippé au monopole de l’audiovisuel qui trouve enfin que “le multipartisme, le pluralisme syndical, la liberté de la presse, constitutionnalisés dans notre pays en 1989, ont été une véritable école de formation et d’apprentissage, renouant en cela avec les traditions de pluralité du mouvement national”.

Il trouve même dans cette “réconciliation” de 1989 avec le passé national pluraliste un argument pour le peuple qui doit se détourner de la    “tentation printanière” ou de l’apport de l’appel de quelque “partie étrangère”, ce qui revient au même. “Le peuple algérien (qui), comme tous les peuples sous domination, a appris qu’aucune partie étrangère, aussi démocratique et développée soit-elle, ne lui apportera le développement et la démocratie”.

Maintenant que “l’État a donné toutes les garanties pour des élections libres et transparentes”, Bouteflika met la balle dans le camp des électeurs. Ils auront à mesurer leur citoyenneté à l’aune de leur participation et à mériter, par leur vote, le sacrifice de leurs aînés. “il appartient, donc, aux partis politiques, aux citoyennes et citoyens d’assumer leur rôle et de prendre leurs responsabilités, afin que les sacrifices des femmes et des hommes qui ont lutté pour l’Indépendance et l’intégrité territoriale de ce pays ne soient pas vains, et que ceux qui se sont voués à la défense de sa souveraineté et de son développement puissent avoir leur part de reconnaissance”, dit-il en conclusion de son message.

Voici donc les rôles inversés : l’abstention au scrutin du 10 mai, si elle devait être excessive, exprimera l’insuffisance civique et la carence des partis. Tant pis pour nous : on n’aura pas donné la légitimité nécessaire à “cette haute instance (qui) figurera parmi les grandes institutions de   l’État”.

C’est curieux cette insistance à voter, sur la foi d’une élection transparente, pour des partis sans programmes qui formeront une assemblée à la composition imprévisible, mais dont on sait qu’elle va voter des réformes que les électeurs seuls ignorent !

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires