Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 05:34

Sud algérien - Attentat terroriste dans le grand-sud -11 gardes frontières assassinés à Tinzaouatine

embuscade-terroriste.jpg

 

Onze gendarmes gardes frontières (GGF) dont un lieutenant, en patrouille, ont été assassinés hier matin dans une embuscade tendue par un groupe armé islamiste dans la région de Tinzaouatine dans la wilaya de Tamanrasset près des frontières algéro-maliennes.

Selon des sources sécuritaires, les gardes frontières ont été surpris par des tirs nourris de fusils mitrailleurs et l’explosion d’une bombe artisanale alors qu’ils étaient en patrouille dans cette région isolée à bord de trois véhicules Toyota Station. Le bilan est lourd : 11 gardes frontières sont tués sur le coup et trois autres blessés. Un accrochage suivra par la suite et les gardes frontières ont blessé plusieurs terroristes qui ont pu prendre la fuite et s’évanouir dans la nature. Les terroristes ont pu emporter avec eux des armes et des munitions ainsi qu’un matériel de transmissions avant de mettre le feu aux deux véhicules des GGF.

Une opération de recherche a immédiatement été enclenchée et un important renfort a été dépêché sur les lieux. Des traces de sang des terroristes blessés et secourus par leurs acolytes ont été découvertes non loin de l’endroit de l’embuscade. On apprend que le chef de la VIe Région militaire de Tamanrasset s’est déplacé aussitôt après l’attentat sur les lieux et supervise en personne une importante opération de ratissage avec le déploiement d’un appui aérien considérable pour traquer les auteurs de cet attentat. Selon nos sources, le groupe de Abid Hamadou alias Abou Zeïd serait derrière cette embuscade, la plus meurtrière depuis l’attentat qui a coûté la vie à plus de 15 gendarmes près de Bordj Bou-Arréridj en juin 2009. Ce terroriste dirige la katibat Tarek Ibn Ziyad composée d’une quinzaine d’éléments.
Parmi eux, des mercenaires étrangers (Maliens, Mauritaniens et Libyens) affiliés à Al-Qaïda Maghreb sous la direction du sinistre Yahia Djouadi alias Yahia Abou Amar “émir” du Sahel.  Il faut savoir également que c’est l’attentat le plus meurtrier perpétré depuis le début de l’année dans la région du Sud après celui qui a ciblé, en 2008, un convoi de GGF à Oued-Souf et qui avait coûté la vie à 7 gendarmes. Selon des observateurs, cet attentat intervient au moment où les maquis des groupes terroristes au centre et à l’ouest du pays sont soumis à une rude pression par les services de sécurité qui multiplient les ratissages.

Une situation qui a créé une véritable saignée au sein du GSPC qui a vu un nombre important de ses éléments éliminés par l’ANP sans compter les redditions. Cet attentat serait également une manœuvre des terroristes qui, face à un grand ratissage de l’ANP au niveau de Machlaouaut dans la région de Tinzaouatine, tentent de desserrer l’étau. D’autre part, le groupe terroriste aurait planifié cet attentat pour récupérer des armes d’autant que l’armée a déjoué dernièrement plusieurs tentatives du GSPC de faire acheminer tout un arsenal de guerre à partir des frontières sud vers les maquis du Centre.

Source Liberté Neïla B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires