Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 06:04

Ras-le-bol des kidnappings !

Greve-Tizi-Ouzou.jpg

 

La population et les commerçants de Tizi Ouzou ont massivement adhéré au mot d’ordre de grève initié par les comités de villages de la daïra de Béni Douala pour dire non aux kidnappings, à l’insécurité et exiger la libération du jeune Bilek Mourad, enlevé par un groupe d’individus armés dans la matinée du 11 du mois en cours sur la route de Béni Doula.
Au-delà de la solidarité exprimée à l’endroit de la famille de la victime, 18 ans, fils d’un commerçant, ainsi que de celle de l’artisan de 71 ans, A. Hamour, de Mechtras, enlevé dans le courant de la même semaine, les citoyens, particulièrement les commerçants et l’ensemble des opérateurs économiques, de même qu’un certain nombre d’acteurs sociaux et politiques que nous avons pu approcher, ont exprimé un sentiment d’exaspération et de révolte mêlé à de l’inquiétude, suscitée par la résurgence du phénomène des enlèvements, après une accalmie de quelques mois. «Nul n’est à l’abri. Personne ne peut dire que ça n’arrive qu’aux autres», s’exclamera un commerçant de Tizi Ouzou, qui exprime un sentiment partagé par tous les citoyens qui veulent que cette action de protestation soit considérée comme un signal de détresse lancé aux pouvoirs publics, auxquels il est demandé de veiller à la sécurisation des biens et des personnes. Les autorités ont été destinataires du même message de la part des citoyens de Béni Doula et de Mechtras, qui ont observé des marches jeudi et vendredi derniers, au niveau de leur chef-lieu communal. Le sujet a été évoqué hier matin à l’APW de Tizi Ouzou, à l’occasion de l’ouverture d’un séminaire sur le co-développement dans la wilaya de Tizi Ouzou et où, justement, le phénomène des rapts à répétition est vécu comme un frein au développement de la wilaya qui connaît un désinvestissement de plus en plus croissant, en raison, entre autres, de la crainte que font naître les enlèvements chez les opérateurs économiques et les investisseurs potentiels qui vont vivre et travailler sous des cieux plus cléments. Ici, la quiétude n’est pas de mise, la série des kidnappings continue, comme une spirale infernale. La wilaya de Tizi Ouzou enregistre sa 70e victime, avec les deux rapts enregistrés au courant de ce mois. A Mechtras comme à Béni Douala, la douleur et la détresse des familles sont, peu ou prou, atténuées par la solidarité et la mobilisation que manifestent les citoyens au niveau des communes concernées et, hier, par la population et les commerçants de la ville de Tizi Ouzou. Du côté des autorités, sécuritaires et judicaires comprises, aucune information ne filtre. On en saura, peut-être, un peu plus demain, à l’occasion de l’audience que devra accorder le wali aux membres du comité de crise constitué des P/APC de la daïra de Béni Douala et des représentants des comités de villages auxquels se joindront les membres de la famille du jeune Mourad qui est à sa 13e journée de détention.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires