Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:30

Les Oranais ont, d'ores et déjà, les yeux braqués vers leur métro qui devrait parcourir un trajet de 17 km

Tramway-Oran

 

La Setram s'est limitée à mettre sur les rails quelques voitures seulement sur la trentaine devant relier la localité d'Es Senia à Sidi Maârouf tout en traversant le centre-ville d'Oran.

L'exploitation commerciale du tramway d'Oran continue à susciter un grand engouement. C'est dans une ambiance festive que les Oranais découvrent, tout en l'appréciant, depuis plus de deux semaines, leur tramway.
Cela au moment où l'entreprise Setram qui exploite cet outil de transport de haute technologie n'a pas encore dévoilé tous ses secrets en sortant son grand jeu. Jusque-là, la Setram s'est limitée à mettre sur les rails quelques voitures seulement sur la trentaine devant lier la localité d'Es Senia à Sidi Maârouf tout en traversant le centre-ville d'Oran. Ainsi, le tramway d'Oran est devenu sujet d'actualité de la majorité des ménages.
Les employés de l'administration locale sont les premiers à garer leurs voitures dans leurs garages pour se rendre sur les lieux de leur travail en empruntant le tramway. Les guichetiers sont, dès la matinée envahis par les demandeurs de tickets. Une soixantaine de points de vente ont été installés pour la vente des billets. La sécurité n'est pas en reste des préoccupations majeures de la Setram. Des brigades motorisées et pédestres désignées et formées pour la sécurité, aussi bien à l'intérieur, qu'à l'extérieur du tram. Cette incursion de la haute technologique a contraint la direction des transports d'Oran à réviser le plan de transport et celui de la circulation de toute la ville et ses alentours immédiats. Une pléiade de mesures vient d'être prise. Si plusieurs lignes de transports urbains ont brutalement disparues, d'autres ont été garnies en leur injectant quelque 150 bus. Comme le bonheur ne vient pas par hasard, les Oranais ont, d'ores et déjà, les visions braquées vers leur métro qui devrait parcourir une trajectoire de 17 km. A quand le lancement des travaux, se demandent-ils. Le métro d'Oran qui sera doté de 20 stations reliera le stade Bouakeul à la nouvelle ville de Belgaïd en passant par la gare ferroviaire et le siège de la wilaya. Le projet prévoit une autre extension reliant la station multimodale de Sidi Maârouf au siège de la wilaya en passant par El Barki sur une distance de 8,5 km. L'étude de faisabilité a été confiée à un bureau d'études espagnol, après que le marché ait été conclu entre l'Entreprise du métro d'Alger, EMA, et le bureau espagnol, Sener. Le métro d'Oran, dont le coût est estimé à quelque 138 milliards de dinars, permettra un trafic d'environ 32.000 passagers/jour.

Source L’Expression Amar Chekar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires