Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 10:46

Les hommes, victimes des agressions commises par les femmes, optent pour le silence

hommes-battus.jpg

 

Renversement de l’équation. Les hommes sont de plus en plus, victimes des agressions commises par les femmes. «Effectivement, des hommes mariés et plusieurs autres célibataires se sont rapprochés de nos services aux fins de se faire délivrer des certificats médicaux d’incapacité leur permettant de poursuivre en justice des femmes les ayant agressés», a affirmé un médecin exerçant dans les urgences médicales et chirurgicales du CHU d’Oran. En effet, la gent masculine n’est pas indemne de certains comportements, allant jusqu’aux violences physiques, exercées par l’épouse, la copine ou la voisine. C’est le cas de cette femme qui, pour avoir tabassé son époux à l’aide d’un marteau, lui a causé une incapacité de travail de 36 jours, cette femme d’une trentaine d’années résidant à Gdyel, a été condamnée en fin 2010 à 6 mois de prison ferme et une amende de 20.000 dinars. Le verdict est loin de satisfaire l’accusée qui vient de faire appel estimant que son époux lui a causé trop de mal en prenant à une deuxième épouse. Dans un passé récent, deux autres femmes, proches l’une de l’autre, ont sauvagement tué un homme au boulevard Maâta, près du quartier populaire de Derb et cela, en lui assénant plusieurs coups de couteau. Les agressions féminines contre les hommes sont nombreuses et les mobiles tout aussi nombreux. En plus des violences physiques, les agressions et les dépassements moraux, dont les insultes et les vexations verbales, font, de plus en plus, rage. «On entend chaque jour les cris hystériques de notre voisine qui insulte, pendant de longues heures, son mari le traitant de tous les noms d’oiseaux», a affirmé Salah habitant du centre-ville d’Oran. En somme, le sujet est tellement tabou que «les hommes agressés par des femmes, optent pour le silence de peur d’être méprisés par leur entourage trop moqueur», a affirmé un sociologue. En tout, les menaces, coups et blessures volontaires à l’aide d’armes blanches et même contre les époux et épouses ont tous dépassé le sens de l’entendement. Les bilans donnés par le groupement de la Gendarmerie nationale d’Oran sont plus que révélateurs. En 2010, près de 250 cas ont été enregistrés. Les menaces verbales et même écrites accompagnées de l’utilisation des armes blanches prennent de l’ampleur. La même instance a recensé 110 cas durant l’exercice de l’année écoulée.

Des familles entières sont menacées d’éclatement «Des centaines de divorces sont enregistrés annuellement», indique-t-on auprès des services municipaux tout en refusant de donner, avec exactitude, le nombre de cas recensés en 2010. «Mon mari, qui est ouvert d’esprit et progressiste, cède à toutes mes initiatives», a affirmé Narimen, employée dans une administration publique ajoutant que «seule la communication peut constituer la clé de la réussite du foyer conjugal». «Pourvu que ça débouche vers le bon sens à savoir, l’entente des couples et la pérennité des foyers», a expliqué un sociologue. L’homme méditerranéen, connu pour son caractère quelque peu spécifique, caractérisé par son sens de la supériorité, n’est plus celui d’antan. La société algérienne se retrouve, de ce fait, tributaire des modèles de vie importés d’ailleurs. Les spécialistes sont unanimes à dire que les dernières mutations mondiales ont contribué à l’éclatement des unités sociales.

Source L’Expression Wahib Aït Ouakli

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires