Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 14:50

Algérie - Selon Ould Kablia, les islamistes ne seront pas victorieux

OULD KABLIA

 

Pour les fondateurs des nouveaux partis, la visibilité semble être plus nette sur la procédure à suivre afin d’obtenir l’agrément. Un agrément ou la clef pour se lancer dans des activités politiques en toute légalité. L’intervention, hier matin, du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a apporté plus d’éclaircissements et de détails aux prétendants au champ politique. Trois axes essentiels ont été développés par l’invité  de la Radio nationale : étude des dossiers déposés au niveau de l’Intérieur, la promulgation de la loi sur les partis et, enfin, le phénomène de l’abstention des électeurs lors des prochains scrutins. Il parlera également de «la victoire du courant islamiste» dans les futurs rendez-vous électoraux en Algérie. 

Questionné sur une éventuelle victoire islamiste en Algérie après celle remportée par ce courant  dans les pays arabes en général, l’intervenant tempère sa réponse en disant : «On ne peut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué». Sur ce point, Ould Kablia insiste sur «la spécificité de l’Algérie et du peuple algérien en rapport avec sa culture ancestrale».  «L’Algérien a ses spécificités et ses valeurs qui ne ressemblent pas forcément à celles qui existent ailleurs où les votes ont sanctionné des politiques plutôt que des valeurs», argumente-t-il, considérant que notre pays «pourrait alors faire l’exception». L’actualité oblige d’en parler, puisque Dahou Ould Kablia annonce qu’«une une vingtaine de partis» ont déjà  sollicité son Département pour militer légalement et participer éventuellement aux prochaines échéances électorales. Précisant davantage son message, l’invité de la Chaîne III souligne que 10 à 12 partis présentent déjà le profil de ceux qui seront agréés. Mais il ne s’agit là que «d’une première étape» pour eux à franchir, celle notamment qui leur permettra de tenir leurs congrès constitutifs. En  parlant du profil, le ministre met l’accent sur le charisme du ou des fondateurs de partis et sur le programme mis en évidence dans le dossier déposé. Le nombre de militants, s’il est important, est un point positif à ajouter pour avoir une bonne note.  Sur la base de ces éléments, Daho Ould Kablia accordera «l’autorisation de tenir un congrès constitutif». C’est ce qu’il appelle dans son intervention «les dossiers conformes à la loi». «Nous acceptons sans problème les dossiers conformes à la loi», insiste le premier responsable de l’Intérieur dans l’une de ses réponses. 

 Par ailleurs, l’orateur parlera au cours de l’émission de «la loi sur les partis» qui vient d’être adoptée par le Parlement. Cette loi, selon lui, sera promulguée incessamment sans donner de détails sur la date exacte.

 «La promulgation de la loi sur les partis est imminente», annonce-t-il, précisant que «le président de la République la  signera après une dernière lecture».

Ladite loi sera opérationnelle dès sa publication au Journal officiel. L’entrée en vigueur de cette loi constitue également une autre étape à franchir pour les nouveaux partis, mais ne constitue pas réellement un frein puisqu’elle s’appliquera pratiquement à tous, selon l’engagement du ministre.      

Toutefois, en abordant le sujet relatif à la population qui a boudé les urnes lors des derniers rendez-vous électoraux, le premier chef des collectivités locales dit être habité par le phénomène de «l’abstention» des électeurs. «L’abstention est une crainte qui m’habite», avoue-t-il, appréhendant  un fort taux  d’abstention. Ce ne sont pas les exemples qui manquent pour soutenir son argument.

«Le vote relatif aux élections législatives par le passé n’a pas mobilisé grand monde, c’est celui où il y a le plus fort taux d’abstention», contrairement aux élections locales.

Pour  remédier à ce constat, le ministre de l’Intérieur conseille aux partis politiques de miser sur des personnalités crédibles, susceptibles de conduire les listes électorales pour susciter l’adhésion des électeurs.  «Les partis doivent choisir des candidats crédibles à même de pousser les citoyens à aller aux urnes, sans quoi ces derniers risquent de s’abstenir», explique Daho Ould Kabila.   

Source Le Jour d’Algérie Sid Ahmed Mahmoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires