Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 04:45
Des produits au prix d’usine
foire-de-la-solidarite-UGTA.jpg 
Le parvis de la maison du peuple, siège de l’Union générale des travailleurs Algériens (UGTA) à la place du 1er Mai, s’est transformée depuis dimanche en « Une foire en plein air ».
Des stands ont été installés pour la vente de différents produits à l’occasion du mois de Ramadhan. Les stands s’ouvrent à partir du 9h du matin au 16h et des fois jusqu’à 16h30, selon la demande Hier, à 10h30 mn, c’est la grande foule notamment devant le point de vente de la viande.
La cause, c’est que le kilogramme de la viande ovine fraîche est cédé à 980 DA. « C’est raisonnable et abordable », commente une vieille femme. « C’est ma voisine qui m’a informé de ce nouveau marché. Vraiment c’est une bonne initiative, Rahmet rabbi », ajoute-elle. Au niveau des boucheries, la viande est vendue jusqu’à 1.400 DA, le premier jour du Ramadhan. « J’ai dû faire la chorba avec du poulet », souligne une autre ménagère. Un homme prend part à la discussion et explique qu’il s’est contenté, le premier jour, d’acheter des morceaux de viande congelée. « Tout est cher, la viande rouge et blanche mais cette initiative est un refuge pour les démunis. J’espère que ça va se généraliser », dit-il. Même ambiance au niveau du stand de vente de la viande blanche. Des poulets congelés sont cédés à 260 DA le kilogramme. « C’est abordable et les prix sont raisonnables.
J’encourage ce genre d’action de solidarité qui permet au citoyen de passer le Ramadhan avec la viande dans la marmite. Je suis sûr que les commerçants seront obligés de baisser les prix devant la baisse de la demande », souligne ce père de famille. Une autre ménagère qui venait d’acheter un plateau d’œufs, demande au vendeur, s’il sera là la dernière semaine du Ramadhan. Ce dernier est étonné. « C’est que les prix sont très raisonnables », lui répond-elle. Un plateau de 30 œufs est cédé ici à 260 DA alors qu’à l’extérieur l’œuf est à 11 DA.
Le lait en sachet est disponible aussi dans ce lieu à 25 DA. Le lait de vache est vendu à 35 DA le litre. Ici, on vend aussi du beurre, du fromage et du camembert à des prix beaucoup moins cher. Le stand qui a connu en cette matinée une grande affluence est celui des légumes secs. « Je ne m’attendais pas à ce flux en ce mois sacré étant donné que la consommation connaît une baisse », affirme le vendeur. Les pois chiches de bonne qualité sont cédées à 150 DA le kg alors que dans les autres commerces elles sont vendus à 320 DA le kg.
Même constat au stand de l’huile : une bouteille de 2 litres fait moins de 240 DA, « l’équivalent du prix d’un litre d’huile à l’extérieur », précise cette mère de famille. Dans l’enceinte de l’UGTA on vend aussi du miel, « du vrai miel », affirme l’apicultrice. Il y a même du miel antirides. Inutile de préciser que cela a attiré beaucoup de femmes.
Des entreprises nationales spécialisées dans l’habillement ont participé également à cette foire, dont CH (collection habillement), groupe public leader dans l’industrie de l’habillement en Algérie. Des pantalons en velours pour enfants sont cédés à 200 DA, des jupes et bermudas en jean pour garçons et filles à 450 DA. Côté chaussures CH propose des paires pour hommes, femmes et enfants à des prix allant de 1.000 DA à 3.500DA. « C’est du vrai cuir », a tenu à préciser le vendeur.
Salah Djenouhat, secrétaire national chargé des fiances auprès de l’UGTA, chargé des finances, a expliqué que cette initiative s’inscrit dans le cadre « du programme de solidarité de l’UGTA avec la participation d’entreprises nationales et privées ». Il précise que l’endroit a été aménagé pour l’installation des points de vente.
L’alimentation en électricité et en eau de ces stands « est gratuite ». « Notre objectif est d’atténuer la flambée des prix en ce mois sacré et tenir compte du pouvoir d’achat des travailleurs et citoyens », souligne-t-il. M. Djenouhat précise que tous les produits sont vendus au prix d’usine avant d’ajouter que la foire se poursuivra jusqu’à la veille de l’Aïd.
Source  Horizons Neila B.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires