Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:22

Le nombre de plages autorisées à la baignade passe de 54 à 58 pour la saison estivale 2010.

plage-alger.jpg

 

Les préparatifs de la saison estivale annoncent d’ores et déjà une saison différente des autres années, vu le nombre de plages autorisées à la baignade qui a atteint 58, selon les déclarations du directeur de l’exploitation assainissement de la société d’assainissement d’Alger (Seaal), Thierry Dezenclos, contre 54 plages autorisées à la baignade en 2009, soit un nombre de quatre nouvelles plages. « Les quatre nouvelles plages autorisées à la baignade seront toutefois rouvertes officiellement après l’approbation définitive de la commission de wilaya. Néanmoins, il n’y en aura qu’une du côté de Hammamet et les autres sur le littoral est », affirme notre interlocuteur. Le littoral algérois s’étend de l’oued Mazafran à l’ouest jusqu’à l’oued Réghaïa à l’est, soit un linéaire côtier de près de 9,6 km.

Ce littoral est composé de grandes plages telles que Zéralda, Staoueli, Bordj El Kiffan, Aïn Taya, Heuraoua, Réghaïa, de moyennes et petites plages et de criques, telles que El Kettani, La Vigie la grande, le Phare, Surcouf, La Frégate. Dans l’est algérois, la plage des Tamaris, située au centre-ville de Aïn Taya sera, semble-t-il, rouverte cette saison après une fermeture qui a duré deux années, survenue pour des travaux de confortement de la falaise qui menaçait toute la plage de disparition sous les coulées de terre.

Cette saison verra donc cette plage rouvrir, au grand bonheur de ses habitués. Notons par ailleurs que toutes les plages du littoral est de la capitale ont été protégées majoritairement de la pollution grâce à un dispositif de collecte des eaux usées comprenant plusieurs stations de relevage se trouvant tout au long du littoral, dont le rôle consiste à collecter toutes les eaux usées de la région pour les acheminer à la station d’épuration de Réghaïa. Le même dispositif est installé du côté du littoral ouest de la capitale, avec un nombre aussi important de stations de relevage qui acheminent les eaux usées de tout le littoral de la région vers la station d’épuration de Beni Messous.

Notons que malgré la mise en œuvre de ce dispositif devant pallier la menace qui pèse sur les plages, des sites restent toutefois non contrôlés jusqu’à ce jour, à l’instar des déversements anarchiques qui s’effectuent du côté de Coco-Plage, dans la commune de Bordj El Bahr,i ou encore la sempiternelle menace qui pèse sur la plage El Kaddous dans la commune de Réghaïa, du fait que la digue artificielle qui sépare la plage du lac Réghaï, risque de céder à tout moment, permettant aux eaux du lac hautement polluées d’envahir la plage. D’autres plages à l’ouest du littoral restent également sous la menace de la pollution, telles que les Deux Chameaux, dans la commune de Bologhine, ou le Club nautique à Raïs Hamidou, qui subissent une pollution urbaine très importante. D’autres plages restent non autorisées à la baignade, non pas pour cause de pollution mais pour leur inaccessibilité, à l’instar de la Crique dans la commune de Raïs Hamidou ou encore la plage des Pins-Maritimes, ou Mazela, dans la commune de Mohammadia.

Source El Watan K.Saci

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires