Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 06:50

Alger s’ouvre à la qualité

centre-commercial-bab-ezzouar.jpg

 

Le quartier de Bab Ezzouar d’Alger se transforme graduellement en nouveau centre d’affaires et de commerce. Dans ce cadre, le premier centre commercial et de loisirs d’Algérie ouvre ses portes à partir d’aujourd’hui. Il fait partie des grands projets initiés par la wilaya d’Alger et qui se veut être « le plus grand du Maghreb ». C’est grâce à Valartis Group, investisseur principal, que cet important projet a pu voir le jour en moins de quatre ans. Développé et géré par Valartis Asset Management, une société de Valartis Group, le centre s’étend sur 45 000 m2, auquel s’ajoutent deux tours totalisant 20 000 m2 de bureaux ; il dispose de 1700 places de parkings intérieur et extérieur.

Il propose une mixité de 94 magasins, restaurants et autres activités de loisirs. Selon Alain Rolland, Managing Director de Valartis Asset Management et président de la Société des centres commerciaux d’Algérie Spa, société d’investissement de droit algérien, « il s’agit de répondre à une très forte attente de la population algéroise et algérienne et d’amener une nouvelle approche de la consommation en offrant plaisir, détente et divertissement ». La construction de cet impressionnant édifice a nécessité un investissement de 7 milliards de dinars (70 millions d’euros), mais les retombées économiques sont énormes et portent sur la création de quelque 1500 emplois pour assurer l’activité quotidienne et par ailleurs soutenir la formation de spécialistes de la vente et de la gestion. Tous les secteurs sont représentés : confection et accessoires hommes, femmes, enfants, aménagement de la maison, électronique de loisirs, biens culturels, les soins de la personne. Côté alimentaire, le groupe Cevital, via sa société Numidis, exploite 7200 m2, se révélant ainsi le premier hypermarché du pays sous la marque Uno. L’offre des détaillants est complétée par celle de plusieurs entreprises de services (banque BNP Paribas, agence de voyages, pressing, copy center).

Le deuxième étage est entièrement consacré aux loisirs et à la restauration. Un bowling de 18 pistes, un food-court avec de la cuisine multiethnique, un espace de jeux pour enfants, une galerie d’art gratuitement mise à disposition des artistes locaux ainsi qu’un podium d’animation permettent aux familles de se divertir. A la fin de l’automne, un cinéma multiplex de huit salles, totalisant 1400 sièges, projettera à la fois des films en arabe et en français. Ces salles feront des projections à fréquence régulière (chaque deux heures) avec différentes projections par salle, touchant toutes les cibles. Ainsi, selon les promoteurs de ce projet, c’est une manière de revaloriser le cinéma en Algérie, un secteur qui a été pendant longtemps loin des projecteurs… En fait, cette mixité commerciale et de loisirs est une manière de se différencier, d’apporter une valeur ajoutée, de se positionner, bref d’apporter « un supplément d’âme », selon Jean Rizk, directeur du centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar.

En somme, les Algériens peuvent venir pour acheter, mais aussi pour simplement flâner et découvrir la convivialité et la modernité de ce lieu. La générosité des espaces de circulation et une architecture d’intérieur accordant une place belle à la lumière et à la transparence en feront le lieu de destination désigné pour les rencontres et l’évasion. Si les Suisses ont eu un rôle majeur dans la réalisation de ce centre, c’est parce qu’ils se disent convaincus du potentiel de l’Algérie. « Avec ses 5 millions d’habitants, Alger est une première étape. Des études sont en cours pour d’autres projets, notamment Oran », confie Gustav Stenbolt, CEO de Valartis Group. L’ambassadeur de Suisse à Alger, présent hier lors d’une conférence de presse, a qualifié les relations politiques entre les deux pays « d’excellentes et les relations économiques de prometteuses ».

Ce genre d’investissement est décrypté par les étrangers comme un signal fort du gouvernement algérien qui contribue à la croissance du pays. L’Algérie représente, dans les années à venir, un potentiel de développement commercial pour l’industrie des centres commerciaux. Avec une population de 34 millions de personnes, dont 5 millions dans la capitale Alger, ce marché est une opportunité. Depuis 2000, les capitaux étrangers affluent. La détermination des pouvoirs publics à mettre l’économie nationale en conformité avec les mutations qu’implique la mondialisation a redonné confiance. Moderne, beau et gigantesque, ce centre commercial n’est pas seulement un temple du commerce, il est aussi un complexe de loisirs aux activités variées.

Le challenge de Numidis

Numidis, filiale du groupe Cevital, premier groupe privé en Algérie, créée en avril 2006, lance le premier hypermarché d’Alger.

Ce conglomérat dirigé par Issad Rebrab sort le grand jeu. Entouré d’une quinzaine de boutiques de grandes marques (Lacoste, Swatch), il est au cœur du premier centre commercial avec une surface de vente de 5000 m2 sur une surface totale de 7600 m2, plus de 33 000 références et plus de 100 têtes de gondoles réservées aux promotions planifiées tout au long de l’année. Numidis veut être l’acteur principal dans la grande distribution en Algérie qui garantit le meilleur rapport qualité/prix et un assortiment bien adapté aux attentes des clients. La recette est simple : créer de la valeur pour toutes les parties prenantes, à savoir les clients, les collaborateurs, les fournisseurs et les actionnaires. Il a identifié clairement les attentes des consommateurs algériens. Globalement, s’ils acceptent de soutenir la production nationale, ils tiennent aussi à trouver les mêmes produits qu’en Europe. Dans une présentation de son groupe qu’il a effectuée aux Etats-Unis en septembre 2007, la distribution arrive en deuxième position parmi ses priorités d’investissement. Sur les 1,7 milliard d’euros qu’il a décidé d’engager entre 2005 et 2010, cette nouvelle activité représente 374 millions d’euros. Seul le projet de mégacomplexe sidérurgique de cap Djinet fait mieux (434 millions d’euros).

Parmi les fondamentaux de cette surface de vente, figurent le confort d’achat et la clarté de l’offre. Agencés en plusieurs univers qui, suivant les déclinaisons des codes couleurs de l’enseigne, facilitent le repérage des familles de produits. Les clients découvriront des espaces nouveaux tels que l’espace original des épices, la confiserie et les fruits et légumes, la cave à eau dédiée aux boissons, mais aussi UNO Express « restauration rapide », ou encore l’art de la table pour le grand plaisir des ménagères. Le panier moyen tourne autour de 1500 DA. En Algérie, les consommateurs évoluent. Les nouveaux comportements d’achat sont souvent contradictoires : les Algériens cherchent le meilleur rapport qualité/prix, mais ils sont prêts à payer plus cher pour leurs marques préférées. Les courses sont devenues une activité de loisirs à laquelle le consommateur consacre beaucoup de temps, à condition que le lieu d’achat lui offre efficacité, fonctionnalité et facilité d’utilisation. Le nouveau centre commercial veut fidéliser cette clientèle grâce à une offre stable en produits de base (dont l’alimentaire) et des biens et services plus variés et rentables.

Source El Watan Kamel Benelkadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires